Les langues se délient, révélant les pratiques douteuses de certains établissements scolaires face à l’habillement jugé inconvenant de certaines collégiennes et lycéennes. Cela ravive dans ma mémoire le souvenir d’un juge, il y a plus de vingt ans, interrompant abruptement la plaidoirie d’une avocate stagiaire en audience publique, lui enjoignant de revenir plaider une fois décemment vêtue. On lui devinait le bas du ventre. Ces pratiques interpellent sur le principe comme sur la méthode.

Lire aussi: Ecole genevoise: les rebelles sexy