Une question, toute simple, pour commencer: que faudra-t-il de plus que la divulgation de données médicales pour que la Suisse réagisse face aux cyberattaques? A ce stade, on ne sait plus trop. Pour mémoire, il y eut la fuite d’informations sur des citoyens de Rolle, puis des déclarations d’impôts en Suisse alémanique, et cette semaine, des données sur des pathologies et des traitements touchant des milliers de Neuchâtelois.