L'Ascension de Skywalker est censé clore la saga planétaire entamée par Star Wars voici 42 ans, mais pour de nombreux critiques – pas tous –, le film sorti mercredi en Suisse manque sa cible. Aussi sûrement qu'un stormtrooper rate un wookiee dans un couloir.

Sur La Guerre des étoiles, les articles à lire ne manquent pas. Il y en a exactement 389 dans les archives du Temps. Donc, sans rien divulgâcher de ce 9e épisode...

... il y a aussi de quoi explorer l'espace intergalactique ici:

Quarante-deux ans que ça dure… L’exploration spatiale a beau être «passée du divertissement à la méditation empreinte de gravité sur la question de notre survie», analyse Le Monde, ce vendredi, déception, Star Wars: L’Ascension de Skywalker ne recueillait que 57% d’avis positifs sur le site anglophone RottenTomatoes.com, dévolu aux critiques et aux informations sur les films. C’est le plus mauvais score pour un épisode de la saga intergalactique depuis La Menace fantôme, en 1999. Le long métrage est déjà sorti dans beaucoup de salles à travers le monde, mais il n’est projeté que ce vendredi aux Etats-Unis, après quelques rares avant-premières, comme ici à Los Angeles:

Beaucoup de critiques reprochent au réalisateur de ce 9e épisode, J. J. Abrams, d’avoir joué la carte de la facilité, «préférant brosser les fans de Star Wars dans le sens du poil plutôt que de proposer un dénouement original pour ces trois trilogies», disent les agences de presse. Ce à quoi 20 minutes (France) répond qu’il y en a aussi pour les «néophytes». Et au contraire, prétend aussi Le Figaro, Abrams «apporte à la saga une rapidité qui colle à l’époque, une profondeur inhabituelle, qui donne envie de revoir une nouvelle fois cet ultime volet au final réussi».