«Le paiement s’avère être le plus important de l’histoire des Etats-Unis»: c’est ce que constate, d’emblée, le Financial Times (FT). Avant de rappeler que la marée noire de 2010, en plus de provoquer la mort de onze personnes, fut «le plus catastrophique déversement de pétrole de l’histoire des Etats-Unis».

Les faits: en avril 2010, la plateforme de forage Deepwater Horizon, à 66 km au large de la Louisiane, avait pris feu puis «avait fini par couler deux jours plus tard sans qu’on ait pu éteindre les flammes visibles depuis la côte. Pendant 87 jours, quelque 5 millions de barils de pétrole ont continué de se déverser à plus de 1500 mètres au fond du golfe du Mexique, avant que les techniciens de British Petroleum et ses partenaires parviennent à boucher le puits», précise Le Figaro. Chose promise, chose due: Barack Obama avait juré, dans son discours sur la catastrophe pétrolière, de punir sévèrement les responsables de la catastrophe.

Si l’amende est si salée, alors que BP a déjà dépensé plus de 30 milliards de dollars pour nettoyer les côtes, c’est que l’accord inclut, en plus du gouvernement fédéral, «les Etats de l’Alabama, de la Floride, de la Louisiane, du Mississippi et du Texas, ainsi que plus de 400 entités gouvernementales locales le long de la côte, qui ont fait valoir que le déversement a ruiné des saisons touristiques, estropié le commerce des fruits de mer et asséché les recettes fiscales», détaille le New York Times. Une somme colossale, dont le paiement sera étalé sur quinze à dix-huit ans.

Dommages à l’économie

L’accord, relativement tardif mais historique, a été salué, également d’après le New York Times, par la ministre de la Justice américaine, Loretta Lynch, selon qui l’indemnisation «devrait aider à réparer les dommages causés à l’économie du golfe du Mexique, aux pêcheries, aux marécages et à la faune, ainsi qu’apporter des bénéfices durables à la région pour les générations à venir». Les gouverneurs des différents Etats ont annoncé lors de conférences de presse séparées les sommes attribuées à chacun, la plus importante se montant à 6, 8 milliards pour la Louisiane, très touchée par la marée noire.

Une amende trop importante pour la survie de BP? Non. Selon les déclarations de son directeur, Bob Dudley, «c’est une conclusion claire de l’affaire pour toutes les parties, elle permettra de résoudre les principaux problèmes qui perdurent», rapporte le site britannique du Daily Mirror. Le FT informe également des prochains projets du géant pétrolier avec de probables extensions dans le golfe du Mexique.

L’Agefi mentionne enfin que l’action BP «bondissait hier à la bourse de Londres» à la suite de l’accord «pour solder les poursuites intentées par l’Etat fédéral et cinq Etats riverains».

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.