Réseaux sociaux

La défaite des Bleus à l’Euro révèle une francophobie latente chez les Romands

Dimanche soir, le Portugal a battu la France en finale. Facebook et Twitter offrent un bel échantillon de commentaires anti- «Frouzes», de la part d’internautes non-portugais

Evidemment, le vacarme des klaxons lusophone en cette nuit victorieuse a fait grincer bien des dents sur Facebook. Bien entendu, beaucoup d’internautes ont dénoncé l’hypothétique comédie des joueurs de la Seleçao, visant en particulier un Cristiano Ronaldo pleurnicheur, blessé à la huitième minute. Sans conteste, il y a aussi eu beaucoup de commentaires de fans des Bleus, jugeant que le Portugal n’aurait pas mérité de gagner l’Euro après des matches en demi-teinte.

Mais ce qui frappe, ce sont certaines réactions d’internautes romands, plutôt des francophones, qui se sont rangés du côté portugais et ont profité des réseaux sociaux pour déverser leur fiel anti-Français. Certains commentaires – heureusement, ils restent minoritaires – sont très piquants, les clichés classiques sur les Gaulois ayant la peau dure.

Lire aussi: La fête gâchée d’une France revigorée

Le «cocorico» écorché

Ce que certains Suisses reprochent d’abord aux Français, c’est bien une forme de vantardise et de chauvinisme. Sous un article d’Arcinfo à propos de la réaction de Didier Deschamps, un internaute proclame: «La preuve que l’arrogance des Français… n’apporte pas de titre.» Un autre renchérit avec un «Et ouais plus dure est la chute quand on se croit déjà champion sans avoir joué la finale…», ponctué par des smileys hilares.

Toujours sur la page d’Arcinfo, sous une vidéo montrant les Portugais en liesse, un utilisateur de Facebook résume simplement pourquoi il a soutenu le Portugal: «Je préfère entendre des klaxons toute la nuit que des Français qui parlent de leur victoire pendant 10 ans, força Portugal».

Voilà donc une piste d’explication. Selon certains Suisses, les Français seraient si imbus de leur grandeur qu’ils ne passeraient plus les portes pendant de nombreuses années s’ils avaient gagné… Au contraire, supposément, d’un peuple portugais jugé plus humble. Ce commentaire hilare sous un article du quotidien 24 Heures, sur Facebook, prouve que le cliché du Français imbu de lui-même est toujours tenace: «Les Portugais ont fermé la grande gueule des Français avec du béton là!!!». Ou encore: «Enfin… Merci le Portugal de soulager nos oreilles contre les orgueilleux, prétentieux!!! Tellement sûrs d’eux…»

Certains en profitent aussi pour tacler les Français sur leurs supposés défauts, comme le goût de la grève. Sous un article de 20Minutes.ch sur Facebook, on peut lire ce commentaire narquois: «Les Français peuvent reprendre les grèves pour les quatre prochaines années, bravo le Portugal.»

Symboles par excellence du Français crâneur, le coq bleu-blanc-rouge et son «cocorico» sont passablement écorchés. Métaphore gastronomique oblige, un internaute commente sous ce même article «Coq au vin au menu à midi», tandis que d’autres préfèrent dire que «le coq est mort ce soir» ou qu’il est déplumé.

Lire aussi: Que bom! Le Portugal est champion d’Europe

Eternel «Frouze»

Le «Frouze», désignation péjorative du Français, est le terme préféré de ces Suisses revanchards. Ce mot à l’origine mystérieuse – on sait juste que les Auvergnats nomment ainsi les fanes de légumes, mais les Suisses…? – s’utilise sur les réseaux sociaux de manière assez vulgaire, parfois affectueuse et surtout méchante. Des exclamations goguenardes telles que «Yes yes yes tcho les Frouzes» sont pléthore dans les commentaires Facebook. Les twittos de Suisse romande s’en donnent aussi à cœur joie.

Très étonnant et sûrement rare, une Française a commenté sur la page Facebook du 20 Minutes romand: «Les Frouzes sont lamentables. C’est pas du sport. Je suis française, mais je suis pour le Portugal.»

Le bus de toutes les moqueries

Un détail n’a pas échappé aux internautes attentifs: le bus à impériale des Bleus, immortalisé avant la finale sur l’autoroute par un utilisateur de Snapchat, portant l’inscription «Champions d’Europe». Pour certains, cela a été l’occasion idéale pour se défouler contre ces prétentieux de Français qui se voyaient déjà vainqueurs.

Calmer le jeu

Beaucoup d’internautes suisses romands se montrent plus mesurés et déçus de ces réactions pas très fair-play, par exemple sous un autre article du quotidien valaisan: «Que la France gagne ou perde… toujours du monde au rendez-vous pour critiquer la France», déplore une utilisatrice.

Mais ce qui a le plus mis du baume au cœur meurtri des internautes, de tous les partis, a été sans conteste la touchante vidéo du petit garçon portugais qui réconforte le supporter français triste.

«J’en ai les larmes aux yeux», avoue un internaute sur la page d’Arcinfo, qui a relayé la vidéo. Une internaute ajoute: «Fabuleux la réaction d’un enfant. Faisons de même… restons enfants et tous copains». Une leçon de vie qui vient droit du cœur.

Publicité