Cette semaine, la première de nos séries de débats estivaux, pilotée par Alain Werner, directeur du réseau international d'avocats Civitas Maxima, est consacrée à la justice internationale. Un sujet impossible à évoquer sans parler des événements en Ukraine et de cette guerre qui, même si elle s’arrête demain, occupera les enquêteurs et les avocats internationaux pendant des décennies.

A lire aussi: «From Russia with hate»: l’immense besoin de justice dans la guerre en Ukraine

Les événements en Ukraine après le 24 février 2022 ont éclipsé pendant plusieurs mois la pandémie, des élections à travers le monde et bien d’autres événements qui auraient autrement fait la une de la presse mondiale. Cela a donné l’impression que le conflit armé entre la Russie et l’Ukraine remonte au 24 février et que ce n’est que depuis la fin de l’hiver que la justice pénale ukrainienne a eu des raisons d’enquêter sur des crimes de guerre et des crimes d’agression.