Etes-vous prêts à refermer les frontières? Nous n’avons pas encore respiré un peu de la liberté de voyager en Europe que déjà nous voici confrontés à la perspective d’un retour des contrôles et des restrictions. Dans cinq mois, le 27 septembre, les Suisses diront s’ils acceptent la fin de la libre circulation des personnes avec l’initiative de l’UDC dite de limitation. Dans son argumentation, le parti de Christoph Blocher ne cache pas que la dénonciation de l’accord avec l’UE viserait aussi l’ouverture des frontières prévue par Schengen. Le retour des passeports et un frein à la liberté de voyager qui nous ramèneraient douze ans en arrière.

Dépendance envers l’étranger

La campagne de l’UDC semble pourtant mal partie. Peut-on s’en rassurer? La peur de l’immigration sur laquelle l’UDC misait cède face à la crainte d’une crise économique. La pandémie a modifié la psychologie des Suisses. Ceux-ci redoutent désormais moins de tomber malades que la dégradation de l’économie (48%) ou la perte des libertés individuelles à long terme (22%), selon un sondage réalisé début mai pour la RTS. La fermeture des frontières a non seulement mis à nu la dépendance des hôpitaux aux soignants étrangers, mais aussi celle de toute l’économie suisse aux travailleurs frontaliers, aux spécialistes venus d’Europe, aux saisonniers de l’agriculture.