En ce moment, les politiques découvrent, mais un peu tard, combien les inerties du passé sont lourdes de conséquences aujourd’hui. Il en va ainsi des questions énergétiques, alors que la volonté conjointe de décarboner, de sortir du nucléaire et d’augmenter la consommation vertueuse d’électricité montre ses limites, avec un risque de black-out relevé par nos autorités. Il en va également ainsi du sous-équipement CFF en Suisse romande avec pour effet la situation d’engorgement actuelle. Désormais, chaque avarie, chaque accident de personne, chaque pépin sur la voie désorganise le réseau et place dans l’embarras des milliers d’usagers. Tout cela à l’heure même où la recommandation d’utiliser les transports publics se fait pressante.