Les Etats-Unis vont tourner la page Donald Trump avec soulagement. Joe Biden et Kamala Harris vont prêter serment, faisant démarrer le mandat de la nouvelle administration. Ce moment est salué par beaucoup comme une victoire de la démocratie face à la dangereuse dynamique autoritaire de l’ancien président. Ce dernier restera comme celui qui aura attaqué le plus durement les fondements de toutes les institutions du pays: politiques, judiciaires, mais aussi journalistiques. Ses charges et celles de ses supporters sans limites ont donné pour image une démocratie américaine chancelante à travers le monde, l’invasion du Capitole en restera comme le symbole. Oui, la démocratie américaine a semblé bien morose pendant ces quatre dernières années et encore plus ces dernières semaines. Or, cette impression, induite par la surexposition médiatique d’un seul homme comme incarnation de toute une nation, est erronée. Pour le dire autrement, le cœur de la démocratie américaine, même sous Trump, n’a jamais cessé de battre, bien au contraire.

Lire aussi: A Washington, entre attente et crispations