La démocratie a un prix, dit-on. En l'occurrence, la formule sonne faux dans les titres. A 2francs la signature, le job paie nettement mieux que femme de ménage ou les petits boulots pour étudiants. Denner a inauguré en Suisse cette «monétarisation» de la démocratie directe. Venant de cette entreprise, la démarche avait suscité quelques critiques, mais pas vraiment surpris. Aujourd'hui c'est l'USS qui se voit contrainte de pratiquer ce démarchage payant pour qu'aboutisse sa dernière initiative. Cela en dit long, entre parenthèses, sur la capacité de mobilisation de la grande centrale syndicale forte de 400 000 membres!

Aux Etats-Unis, récolter des signatures est un métier. Des bureaux spécialisés fournissent non seulement des chasseurs de paraphes mais aussi des listes préétablies de signataires potentiels ciblés selon le sujet. Le tout se monnaie évidemment. En comparaison, les cas recensés en Suisse font encore très amateur. Mais la démarche est identique.

Corollaire de la professionnalisation de la politique, la mercantilisation de la démocratie est une réalité. Mais le rôle de l'argent est déjà suffisamment important dans les campagnes des votations pour ne pas l'étendre à la récolte des signatures. Entendons-nous: dans la législation actuelle, rien ne l'empêche. Il faudra peut-être s'y résoudre. Pour l'heure, la réprobation est donc avant tout morale. La démocratie directe telle qu'elle a été conçue en Suisse au siècle dernier devait d'abord permettre aux minorités de s'exprimer. Dans l'esprit des pères fondateurs, le lancement d'une initiative ou d'un référendum est censé émaner d'un groupe soucieux de défendre ses idées ou ses intérêts et qui cherche à convaincre ses concitoyens de l'appuyer. En payant les signatures, on peut faire signer n'importe quoi par n'importe qui. Où est la démarche de conviction, d'explication? C'est la notion même de démocratie directe qui est dévalorisée.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.