Si rien n’est fait, la situation empirera sur le plan social et sécuritaire au Sahel. Dans cette région aride qui s’étend de la Mauritanie au Cameroun, les conflits sont devenus ces dix dernières années parmi les plus meurtriers de la planète. Malgré les 17 stratégies de développement mises en œuvre par des organisations régionales, des agences bilatérales et multilatérales, il faut avoir l’humilité de reconnaître que nous ne sommes pas au bout du tunnel.

Mali, Niger, Burkina Faso… L’insécurité s’est propagée, contraignant les Etats de la région à consacrer de plus en plus de moyens à la défense, au détriment de l’éducation et de la santé. Au Mali par exemple, la part des dépenses de santé publique dans le budget de l’Etat a été maintenue en moyenne à moins de 5% entre 2010 et 2018, tandis que celle des dépenses militaires a doublé, passant de 7 à 14%. Le terrorisme et l’extrémisme violent, qui a souvent entraîné la formation de milices d’autodéfense communautaires, ont créé des «friches» sécuritaires qui s’étendent, avec des conséquences dramatiques sur l’activité économique. La pauvreté, qui frappe entre 40 et 50% de la population, a repris en 2020 une courbe ascendante.

Le tout, dans un contexte de croissance démographique soutenue d’environ 3% par an. D’où une véritable quadrature du cercle: le manque d’accès à l’emploi, à l’éducation et la santé, dans des pays où les trois quarts de la population ont moins de 25 ans, ne fait qu’aggraver les conflits. Du fait de sa vulnérabilité économique, la jeunesse représente une proie facile pour les groupes armés en quête de recrues, ou encore les trafiquants d’êtres humains opérant dans les filières de la migration clandestine.

Démographie et sécurité

Il ne s’agit pas d’agiter un quelconque épouvantail, ou d’imputer à la seule fécondité des femmes sahéliennes tous les maux de la région. La démographie compte, mais elle invite surtout à s’interroger sérieusement sur l’avenir. C’est pourquoi l’UNFPA a exploré la relation précise entre démographie, paix et sécurité, dans un ouvrage publié le 2 décembre. Menés avec le Peace Research Institute of Oslo (PRIO) et l’Ecole nationale de la statistique et de l’analyse économique (Ensae) de Dakar, ces Regards croisés pour un Sahel central résilient (L’Harmattan Sénégal) démontrent un fort lien entre la structure de la population et le risque de conflits violents à travers le monde.

La pauvreté, qui frappe entre 40 et 50% de la population, a repris en 2020 une courbe ascendante

Ce sont en effet les pays où les moins de 30 ans représentent plus de 60% de la population qui risquent le plus de crises sécuritaires. Bien d’autres facteurs entrent en ligne de compte, tels que le chômage des jeunes, les inégalités, la mauvaise gouvernance et la dépendance démographique (nombre de personnes à charge pour une personne en âge de travailler). En Afrique de l’Ouest, dont certains pays sont confrontés à des problèmes sécuritaires, le niveau de dépendance démographique se situe à 75% contre 47% pour la moyenne internationale, et le chômage des jeunes atteint 28%, 10 points de plus que la moyenne mondiale. Inversement, de forts taux de scolarisation au secondaire, l’urbanisation et la bonne performance agricole représentent des facteurs de sécurité majeurs, de même que des dépenses de santé substantielles et le respect des règles du jeu démocratique.

Trois scénarios possibles

Selon l’analyse prospective originale menée par l’Institut des futurs africains dans cette étude, trois possibilités se dégagent: un scénario où l’Etat n’arrive pas à répondre aux besoins des populations défavorisées; un autre où prévaut l’adaptation, l’Etat et la population prenant conscience de la situation de crise et réinventant un contrat social; un scénario d’aggravation dans lequel l’Etat reste inactif, laissant la place à de nouveaux acteurs non étatiques.

Au Niger, au Mali et au Burkina Faso, les projections démographiques s’avèrent inquiétantes. La population va doubler d’ici à 2040 au Mali et au Niger, passant respectivement de 21,5 à 40 millions d’habitants, et de 23 à 55 millions. La jeunesse représentera les trois quarts de la population, et fera pression sur une demande sociale exponentielle. Si les tendances actuelles se poursuivent, la violence risque fort de perdurer dans le jeu politique, social et économique. Il est possible d’inverser ces tendances, par le biais des politiques publiques. Au Sahel, qui fut longtemps paisible, il n’existe pas plus qu’ailleurs de fatalité historique. L’horizon 2030, qui est celui des Objectifs de développement durable (ODD), dépendra en grande partie des décisions prises aujourd’hui – ou pas. Face à l’enjeu que représente la croissance de la population, important pour l’Afrique et le monde, les solutions ne peuvent se limiter à des réponses militaires. Elles doivent être structurelles, avec des interventions pensées sur le long terme et de profondes réformes.

Les tendances lourdes

Un nouveau type de narratif s’avère à notre sens nécessaire: un discours dépassionné, guidé par les données et les faits, et surtout par une stratégie endogène que les populations du Sahel et leurs principaux partenaires puissent s’approprier.

Avec ses partenaires, l’UNFPA cherche à travailler sur le noyau des problèmes, et non leur écorce. Afin de décrypter les tendances lourdes qui pèseront sur l’avenir, des institutions indépendantes ont collaboré à notre étude, et des consultations nationales ont été menées autour d’études empiriques par pays, pour permettre à tous les acteurs d’œuvrer ensemble au bien commun. La conversation entamée le 2 décembre lors d’un symposium sur la démographie, la paix et la sécurité dans le Sahel va continuer en février avec une table ronde ministérielle, afin de passer à l’action. Une révolution des mentalités doit s’opérer sur la meilleure façon d’investir dans le capital humain, avec une meilleure maîtrise de la dynamique démographique. Il en va, ni plus ni moins, de la capture du dividende démographique, gage de paix et de sécurité au Sahel.

Lire aussi: Sahel: redéfinir notre engagement collectif

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.