Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Village de Morcote, octobre 2016.
© KEYSTONE/Ti-Press/Pablo Gianinazzi

Opinion

Départ de Didier Burkhalter: Amies, amis de Suisse romande, de grâce réfléchissons ensemble

On vous demande de vous rallier à nos aspirations? Oui, et que cette fois la solidarité latine ne soit pas un slogan de 1er Août, écrit Marco Solari à propos de l’élection d’un nouveau conseiller fédéral

Depuis 1848, nous sommes une nation. Vous êtes enfants du XVIIIe siècle. C’est le siècle des Lumières, le siècle des utopies à la française selon Romain Rolland, de l’égalité, de la fraternité, de la liberté. Nous sommes par contre avec les suisses alémaniques et les Grisons enfants de la Suisse de la montagne, des différents pactes fédéraux, des mythes du «Weisses Buch von Sarnen» et de Friedrich Schiller avec son Guillaume Tell… Mais nous avons décidé de nous unir après une guerre fratricide qui, grâce à l’intelligence et à la sagesse d’un général genevois, a fait peu de victimes et n’a laissé aucune haine, aucune animosité, donc aucune trace durable dans la population. Nous partageons la même culture politique et ses valeurs fondamentales, valeurs démocratiques – «tout part du bas» – et fédéralistes: «équilibre entre les forces centripètes et les forces centrifuges et subsidiarité vécue». Valeurs républicaines aussi: «Toute concentration de pouvoir personnel est automatiquement corrigée.» C’est la Suisse.

L’article 175 de la Constitution

Nous avons rédigé ensemble une Constitution qui contient un article (art. 175) qui établit, à propos gouvernement, que «les différentes régions et les communautés linguistiques doivent être équitablement représentées au Conseil fédéral». Depuis vingt ans, cette disposition est lettre morte.

Le dernier conseiller fédéral de langue et de pensée italienne a quitté le Conseil en avril 1999. Depuis lors, nous avons eu beaucoup de ministres qui ont défendu magistralement la Suisse italienne, mais cela n’a rien changé au fait que nous étions en quelque sorte des orphelins politiques.

Or nous savons que la Suisse romande a produit de très grands conseillers fédéraux et que, pour une succession au gouvernement fédéral, vous ne manquez pas de personnalités exceptionnelles qui donnent beaucoup au pays, qui sont jeunes, motivées, compétentes. Nous aussi nous les avons.


 

Pour aller plus loin

Remplacement de Didier Burkhalter: l’heure du Tessin (éditorial)

Après 18 ans d’absence, la Suisse italienne réclame un siège au Conseil fédéral

Ignazio Cassis, un favori qui n’a pas tout pour plaire


Sensibilité italienne

Même si, en cette occasion, un Tessinois succédait à un Neuchâtelois, vous continueriez donc à avoir deux excellentes personnalités qui vous représentent. La revendication tessinoise n’est-elle pas dès lors légitime? Quatre Suisses alémaniques, deux Romands, un Suisse italien, et l’équilibre parfait voulu par notre Constitution est rétabli.

Mais ce n’est pas uniquement une question de droit constitutionnel. La Suisse italienne est importante pour la Suisse, elle la complète. Nous partageons avec l’Italie (une grande nation!) une immense richesse culturelle.

Le Tessin n’est plus la terre qui est sortie complexée de trois cents ans de bailliage, réduite à la misère par une politique coloniale d’exploitation

Dante, Pétrarque, Manzoni, Ungaretti, Quasimodo, Strehler, Pasolini, Dacia Maraini sont Italiens, mais ils sont aussi à nous Tessinois. Et s’ils sont à nous, ils sont aussi à vous, amis Genevois, Vaudois, Valaisans, Neuchâtelois, Fribourgeois et Jurassiens. Cette culture a généré une sensibilité qui est différente de la pensée alémanique ou de l’échelle de valeurs et des priorités françaises. Nous aimerions que cette sensibilité soit représentée à l’intérieur du gouvernement de la Confédération suisse.

Le Tessin de l’excellence

Le Tessin a changé. Ce n’est plus la terre qui est sortie complexée de trois cents ans de bailliage, qui avait été réduite à la famine et à la misère par une politique coloniale d’exploitation, ce pays qui avait appris à devoir courber le dos pour survivre, ce pays qui connut une émigration souvent tragique en Amérique ou en Australie. Ce pays que, dans un récent passé encore, on regardait d’un œil paternaliste.

Aujourd’hui, une nouvelle génération a transformé notre pays, nous avons créé l’université et différents instituts spécialisés (et vous qui avez créé grâce à de fortes personnalités le pôle de l’Arc lémanique, qui fait partie de l’excellence mondiale, vous connaissez le potentiel d’une université), fondé une série d’industries 4.0 de haute précision, développé un Tessin des excellences culturelles dans les domaines de la musique, du théâtre, du film.

Solidarité latine

Cette génération de jeunes Suisses italiens veut être représentée à Berne, pour faire sentir ses désirs et ses aspirations, mais aussi pour faire entendre le point de vue de cette langue et de cette culture qui sont, je le répète, aussi les vôtres.

On vous demande un sacrifice? Oui. On demande à vos personnalités politiques romandes fortes et capables de faire un pas en arrière? Oui. On vous demande de vous rallier à nos aspirations? Oui, et que cette fois la solidarité latine ne soit pas un slogan de 1er Août.

La cohésion de ce pays a besoin d’actes concrets. A vous de jouer.

Dossier
Succession de Didier Burkhalter: l'élection d'Ignazio Cassis au Conseil fédéral

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)