Malheureusement, on ne choisit pas son pays en naissant. Et nous ne pouvons pas arrêter la folie qui guide ce qui se passe actuellement en Russie et en Ukraine. Je ne peux que demander pardon à mes amis ukrainiens pour n’avoir pas pu l’empêcher. Et nous sommes très peinés et honteux de ce qui se passe maintenant. Depuis longtemps, montrer mon passeport russe lorsque je passe une frontière m’embarrasse. Aujourd’hui ça va au-delà, j’ai honte de ce que mon pays fait. Je n’ai jamais voté pour Poutine ni soutenu son régime, que ce soit en paroles ou en actes. Au contraire, j’ai aidé, du mieux que j’ai pu, ceux qui le combattent, et j’y ai participé moi-même. Mais cela ne me dédouane pas de ma responsabilité dans ce qui se passe actuellement en Russie.