Le Parlement européen a condamné la tentative du gouvernement polonais de déchoir Bronislaw Geremek de son mandat parlementaire. Ancien dirigeant de Solidarité, ancien prisonnier politique et ancien ministre des Affaires étrangères, Geremek a refusé de signer une nouvelle déclaration comme quoi il n'était pas un agent de la police secrète à l'époque du communisme.

Les parlementaires européens parlent de «chasse aux sorcières». Geremek dit que la loi sur la «lustration» constitue une menace pour les libertés publiques. En réponse, le premier ministre polonais, Jaroslaw Kaczynski, l'a accusé de «nuire à la mère patrie» et de susciter un sentiment anti-polonais. Les communistes utilisaient les mêmes mots lorsque Geremek critiquait leurs abus de pouvoir.

Que se passe-t-il en Pologne? Chaque révolution passe par deux phases: d'abord un combat pour la liberté, ensuite une lutte pour le pouvoir. La première est une émancipation de l'âme où l'homme exprime ce qu'il a de meilleur, tandis que la seconde libère le pire: l'envie, les intrigues, l'avidité, la suspicion et le désir de vengeance.

La révolution déclenchée par le syndicat Solidarité a suivi une trajectoire inhabituelle. Contraint à la clandestinité par la loi martiale de décembre 1981, Solidarité a survécu à sept ans de répression pour réapparaître au grand jour en 1989, dans le sillage de la «perestroïka» de Gorbatchev. Solidarité et l'aile réformiste du gouvernement communiste sont arrivés à un compromis qui a ouvert la voie au démantèlement pacifique de la dictature communiste dans tout le bloc soviétique.

Solidarité a adopté une attitude de compromis plutôt que de vengeance, préférant l'idée d'une Pologne pour tous plutôt qu'un pays divisé entre gagnants tout puissants et perdants opprimés. Depuis 1989, il y a eu des changements de gouvernement, mais le pays est resté stable. Les anciens communistes eux-mêmes ont accepté les règles de la démocratie parlementaire et de l'économie de marché.

Mais tout le monde n'a pas suivi ce chemin. Aujourd'hui, la Pologne est gouvernée par une coalition de revanchards de l'époque post-Solidarité, de perturbateurs provinciaux postcommunistes, des groupes xénophobes et antisémites, héritiers du chauvinisme d'avant-guerre, et des milieux qui entourent radio Maryja, porte-voix du fondamentalisme ethno-clérical.

On voit partout des signes inquiétants: l'autorité de la Justice est sapée, l'indépendance du Tribunal constitutionnel est remise en question, les fonctionnaires sont achetés et la fonction de procureur est politisée.

Chaque révolution qui réussit a ses gagnants et ses perdants. La révolution polonaise a amené les libertés publiques, mais aussi plus de délinquance, l'économie de marché, mais également les risques de faillite pour les entreprises et un chômage élevé, ainsi que l'apparition d'une classe moyenne dynamique, accompagnée d'un écart des revenus qui se creuse. Elle a ouvert la Pologne à l'Europe, mais elle a aussi induit la peur de l'étranger et la peur d'une invasion de la culture occidentale de masse.

Pour les perdants de la révolution polonaise de 1989, la liberté s'accompagne de beaucoup d'incertitudes. Dans les grandes entreprises, les travailleurs de Solidarité sont devenus les victimes des libertés qu'ils ont conquises. C'est dans cette ambiance d'anxiété que la coalition en place gouverne, combinant la potion conservatrice de George Bush avec le centralisme de Vladimir Poutine.

Les vétérans de Solidarité pensaient que la fin de la dictature leur permettrait d'arriver au firmament. Mais les coupables parmi les communistes n'ont pas été punis et les militants vertueux de Solidarité n'ont pas été récompensés. Aussi, le sentiment d'injustice a-t-il donné naissance au ressentiment, à l'envie et à une énergie vengeresse dirigée tant contre les anciens ennemis que contre les vieux amis qui paraissaient tirer leur épingle du jeu.

Les perdants n'ont pas voulu reconnaître que la conquête de la liberté était la plus grande réussite de la Pologne depuis 300 ans. Pour eux, la Pologne restait un pays gouverné par l'appareil sécuritaire communiste. Cette Pologne était en manque d'une révolution morale qui ferait que les crimes ne resteraient pas impunis, la vertu serait récompensée et les injustices redressées.

Après leur victoire aux élections de 2005, les partis des perdants ont choisi une méthode: une grande purge. Selon les premières estimations, la lustration devrait prendre 17 ans et toucher 700000 personnes. Une liste de noms a été trouvée dans les archives des services de sécurité; elle va être rendue publique. Chacune des 700000 personnes concernées doit déclarer n'avoir pas collaboré avec les services de sécurité. Celles qui refusent ou font une fausse déclaration seront licenciées et interdites d'exercice de leur profession pendant dix ans.

Le cardinal Dziwisz de Cracovie nous rappelle qu'il n'y a pas de place «pour la revanche, la vengeance, le manque de respect envers la dignité humaine et des accusations gratuites». Jamais, depuis la chute du communisme, un cardinal n'a employé des mots aussi forts.

Cette «lustration» aurait-elle dû avoir lieu au début de la transformation de la Pologne? Le but de cette révolution pacifique était la liberté, la souveraineté et les réformes économiques, et non une chasse aux suspects. Si cette chasse avait été organisée en 1990, ni les réformes économiques de Leszek Balcerowicz, ni la mise en place de l'Etat de droit n'auraient été possibles. Et la Pologne ne serait membre ni de l'OTAN, ni de l'Union européenne.

Aujourd'hui, deux Pologne sont face à face. La Pologne de la suspicion, de la peur et de la vengeance combat la Pologne de l'espoir, du courage et du dialogue. Cette Pologne-là - faite d'ouverture et de tolérance, celle de Jean Paul II et de Czeslaw Milosz, de mes amis de la clandestinité et de la prison - doit l'emporter.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.