Hexagone Express

Diplomatie, l’ombre du renoncement français

OPINION. L’Union européenne était au centre du discours prononcé lundi par Emmanuel Macron lors de la traditionnelle conférence des ambassadeurs. Mais c’est sur le mode défensif que Paris aborde désormais l’année à venir

Sur quels alliés la France peut-elle désormais compter au sein de l’Union européenne? Comment gagner, à Bruxelles, ce «combat long et difficile» dont Emmanuel Macron a réitéré les objectifs dans son discours lundi à l’Elysée, en ouverture de la rituelle conférence des ambassadeurs? Sur cet aspect, aucune précision sauf la référence, vague, aux «partenaires constructifs» avec lesquels Paris espère mettre en place, face à l’afflux migratoire, «un dispositif pérenne, respectueux des principes humanitaires et du droit solidaire et efficace».

Fait révélateur, le discours présidentiel était émaillé de points d’interrogation. «Comment l’Europe peut apporter une seule réponse? […] Comment construire cette véritable souveraineté européenne? […] Est-ce que nous pensons que les choses vont comme elles vont, quand il s’agit du périmètre de l’Europe, de quelle Europe nous voulons?» Place donc à une stratégie diplomatique du doute. «La France a proposé une Europe qui protège, plus souveraine, unie et démocratique mais, dans le même temps, les extrêmes ont progressé et les nationalismes se sont réveillés. Est-ce une raison pour abandonner? Certainement pas», a tenté de rassurer Emmanuel Macron. Sans donner toutefois la moindre feuille de route.

Diplomates sceptiques

La raison de cette prudence, derrière les formules toujours saillantes, est que les diplomates français eux-mêmes font remonter au Quai d’Orsay leur scepticisme sur l’issue de cette bataille communautaire. On se souvient qu’en juin, lors du sommet européen de Bruxelles, le président français avait dû officiellement prendre ses distances avec son ex-ambassadeur en Hongrie, Eric Fournier, dont un mémo diffusé par Mediapart trahissait l’admiration pour le premier ministre «illibéral» Viktor Orban. Son remplacement à Budapest avait eu lieu illico. Mais l’affaire a tout de même laissé des traces.

A quelques mois de l’organisation à Paris, en marge des commémorations de l’armistice du 11 novembre 1918, d’un «sommet de la paix», de plus en plus de diplomates s’interrogent sur la réponse à apporter à la montée des populismes, et sur la perte de crédibilité de la Commission européenne dont le président, Jean-Claude Juncker, est à l’évidence lessivé. Au sein du Quai d’Orsay, la traditionnelle «filière communautaire» n’est plus aussi prisée qu’avant. Le retour sur le devant de la scène du Foreign Office britannique, ballotté par le chaotique Brexit mais prié par Londres de repartir à l’offensive pour défendre le «made in Britain», est même jalousé sur les bords de la Seine. Et pour cause: le Royaume-Uni rouvre des ambassades alors que la France garde les deux pieds sur le frein budgétaire.

Une ivresse qui s’évapore

Au sein de la diplomatie française, les non-familiers des affaires européennes ont toujours trouvé que Bruxelles, et les méandres de sa bureaucratie, consommait bien trop d’énergie et de temps, alors que la mondialisation entraîne une multiplication des centres névralgiques où une grande puissance se doit d’être représentée et d’assurer un minimum de visibilité. Coïncidence: la dernière grande offensive diplomatique française couronnée de succès remonte à 2015 lorsque François Hollande et son ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius firent battre le rappel pour arracher l’Accord de Paris sur le climat. Or, sur le climat, Emmanuel Macron n’a consacré lundi que deux vagues paragraphes. «La véritable question n’est pas tant de savoir si je vais prendre Donald Trump par le bras au prochain sommet mais bien comment nous allons collectivement appréhender ce moment de grandes transformations que nous vivons, et auxquelles nos sociétés sont toutes confrontées», a-t-il ironisé. Avant que le ministre de la Transition écologique et sherpa climatique en chef Nicolas Hulot ne claque la porte du gouvernement le lendemain…

Les ambassadeurs de France ont en réalité la gueule de bois. Ils irradiaient, en 2017, devant l’image positive de leur pays engendrée par l’incroyable victoire macronienne. Beaucoup, d’ailleurs, continuent d’en sentir les effets, surtout du côté de l’Asie où Macron incarne aujourd’hui l’Europe, loin devant la trop lasse Angela Merkel et la trop faible Theresa May. Mais l’ivresse, même prolongée par la victoire des Bleus au Mondial de foot, est en train de s’évaporer. Plus l’Europe patine, plus l’attractivité de la France en souffre par ricochet. Plus le locataire de l’Elysée se retrouve isolé face à l’axe Salvini-Orban-Kaczynski-Brexit, plus son aura se fissure. Le refrain du renoncement s’installe. Exactement ce qu’affirme un certain… Nicolas Hulot.

A ce sujet: Hulot déserte la planète Macron

Publicité