C’était le 11 janvier à 6h05 du matin. Alors que la moitié d’entre nous dormait encore et que l’autre avait déjà les yeux rivés sur la salle de presse du Conseil fédéral, un petit tweet de rien du tout apparaissait sur nos fils névrotiques. L’émetteur? Pierre Maudet, conseiller d’Etat démissionnaire, privé de dicastère. Le message? «Premiers retours de Permanence», suivi d’une petite URL pointant vers le blog de l’édile en disgrâce.

Lire aussi: Pierre Maudet, un style qui fait des dégâts