Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La direction du groupe Tamedia a annoncé le 6 juin la disparition de l'édition imprimée du «Matin.»
© LAURENT GILLIERON, Keystone

médias

Disparition du «Matin»: du mépris aux regrets

OPINION. Bientôt plus édité sous forme papier, «Le Matin» disparaîtra des bistrots, qui étaient les lieux principaux de sa lecture. Bon débarras? Au contraire, il y a de quoi regretter la perte d’un journal qu’une certaine bien-pensance légèrement élitiste adore détester

Je l’avoue, je n’y ai pas touché durant des années, comme si le simple fait de l’ouvrir était déjà méprisable. Ne m’avait-on pas enseigné, pendant mes années d’études, à me méfier des faits divers et du journalisme de boulevard, instruments de l’aliénation des masses? Le Matin, ce journal qu’il est confortable et rassurant de détester…

Vocation de démocratisation

Et puis je me suis engagée en politique. Si s’intéresser à l’ensemble de la presse devient évidemment tactiquement indispensable, ce sont surtout des rencontres qui m’ont fait changer d’avis, avec celles et ceux qui font vivre ce journal. Assumant leur ligne aussi bien que les limites du format, ils tentent simplement d’intéresser un public aussi large que possible à l’actualité – c’est-à-dire à ce qui se passe dans le monde, tout près ou très loin.

La mise en scène, l’usage immodéré de l’image, le titre comme appât… S’ils se sont parfois rendus coupables de quelques facilités, ce n’est certainement pas par goût de la démagogie, mais bien au service d’une démocratisation de l’information.

Lire aussi: La lecture dans les bistrots n’a pas suffi à sauver «Le Matin» (analyse)

Alors oui, Madame Leuthard, la presse romande est bien en danger. S’il faut se réjouir que l’éditeur de Lausanne Cités et de GHI ait repoussé la tentative de rachat de Monsieur Blocher, s’il faut saluer la survie admirable de nombreux journaux régionaux, il faut aussi pleurer la fin du dernier quotidien populaire romand.

Vers un soutien individuel et collectif

Mais le deuil n’interdit pas la réflexion: nous qui adorons lire Le Matin au bar et trouvons normal que son contenu nous soit offert avec le café comme la crème et le sucre, nous sommes aussi ceux qui consomment les nouvelles sur nos smartphones, souvent gratuitement, et nous confondons trop souvent notifications push et information.

Alors si nous sommes sincères, si nous voulons vraiment un paysage médiatique diversifié, il va falloir aussi réapprendre à payer ce qui a de la valeur. Collectivement, par une action de l’Etat, qui peut et doit inventer de nouvelles formes de soutien à la presse écrite. Mais aussi individuellement, en reprenant l’habitude de l’achat, en ligne ou sur papier.

Trois abonnements par bistrot, même dans chaque village et chaque quartier, ne font pas vivre un titre. Surtout face à des exigences de rentabilité difficilement atteignables. C’est peut-être l’un des derniers scoops du Matin. L’analyse, cette fois-ci, appartient aux lecteurs.


Chronique précédente:

Qui veut la peau de l’assurance maladie en Suisse?

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)