Revue de presse

Disséquer le corps de Lénine sur le Net? Quel sacrilège!

Un jeu de thanatopraxie sur le défunt révolutionnaire fait scandale en Russie. Où les communistes sont ulcérés de cette «nécrophilie politique» relative à l’image du «plus humain des hommes»

C’est une de ces histoires russes comme on les aime. Et c’est Courrier international qui l’a dénichée, interpellant le quidam de la Toile en balade virtuelle avec ce titre accrocheur: «Un Docteur Maboul version Lénine fait scandale.» Mais rappelons juste au préalable que ce médecin-là fait référence à un jeu de société bien matériel, lui, créé par John Spinello – aujourd’hui adepte du crowdfunding pour se faire opérer lui-même… – en 1965. Il se présente sous la forme d’une table d’opération, avec un patient percé de cavités occupées par des éléments en plastique avec des noms humoristiques. Le nez du patient est représenté sous forme d’une ampoule rouge qui s’allume en cas d’échec. Le but du jeu est d’amasser le plus d’argent en effectuant des opérations chirurgicales.

Une insulte à la mémoire

Aujourd’hui, donc, le principe de cette ludique antiquité s’applique à un «Intouchable» en Russie, l’ex-dirigeant communiste Vladimir Ilitch Oulianov, dit Lénine, premier président du Conseil des commissaires du peuple de l’URSS, du 30 décembre 1922 au 21 janvier 1924. Avec un jeu en ligne sobrement appelé «Lénine en morgue». Il permet de disséquer le corps du révolutionnaire, de l’embaumer ou encore de le maquiller. Autant dire que cette sombre farce de l’Apple Store est considérée comme «une véritable insulte à sa mémoire». Scandale.

Pensez donc! «Retirer les organes du corps de Lénine à l’aide d’instruments chirurgicaux, maquiller la dépouille ou la gonfler avec du formol…» Voilà les inénarrables possibilités de cette application téléchargeable sur iTunes, «dont le logo» – autre sacrilège – «n’est autre qu’un slip rouge orné de la faucille et du marteau». Ça peut faire rire, mais pas tout le monde, et surtout pas les communistes contemporains en Russie.

Aussi iTunes a-t-il pris la précaution de préciser dans le descriptif du jeu que «presque 100 ans se sont écoulés» depuis la mort de Lénine, mais que «jusqu’à maintenant, le peuple russe maintient impatiemment [sic] son corps dans le mausolée à Moscou». Et de poursuivre, dans un français toujours aussi approximatif: «Plans d’autres dirigeants du monde ont été exposés à l’embaumement», mais le processus «est très coûteux et chronophage» pour maintenir le corps «en bonne forme» [re-sic]. Quelle chance donc que pour seulement 1,99 euro, on puisse être «en mesure de voir le processus de l’embaumement, et même de prendre une part directe dans cette procédure de sacrement» par soi-même.

On devine la suite. Roskomnadzor, le Service fédéral de supervision des communications, des technologies de l’information et des médias de masse, a été interpellé par un secrétaire régional du parti communiste qui «a demandé à bloquer» immédiatement cette profanation virtuelle «du corps du chef du prolétariat mondial», selon le portail d’info Lenta.ru. La requête a été a été publiée le 20 juin dernier sur le réseau social russe VKontakte, explique Le Courrier de Russie, contre le principe de cette «nécrophilie politique»: ce sont les mots avec lesquels elle qualifie «celui qui a osé créer cette abomination», cette insulte «aux sentiments des millions de personnes qui chérissent la mémoire du plus humain des hommes». Plusieurs autres communistes ont aussi demandé que le créateur du jeu, Sergey Zanin, développeur de jeux pour l’App Store, soit puni pour «violation d’un symbole de l’ère soviétique et corruption de la jeune génération russe».

«Un combat de titans»

Sur le site Funéraire-info – y serions-nous jamais allé sans l’apparition de ce singulier fait d’actualité? – on lit que cette sombre affaire est «un combat de titans»: «A ma droite, des créateurs de jeux vidéo manifestement fous à lier. A ma gauche, le parti communiste russe. Entre les deux, l’air sans doute vaguement gêné, la dépouille de Lénine…» plus précisément, l’idée du jeu est simple: «Le corps de Lénine est allongé, dans un drôle de slip rouge, sur une table d’autopsie de morgue, et vous avez à votre disposition des instruments pour couper, suturer, injecter, afin de rendre à Lénine toute la gloire de l’ère soviétique. A priori, vous pouvez juste le charcuter, également, si vous n’adhérez pas à l’idéal internationaliste.»

Lenta.ru ajoute à cette polémique que les fils spirituels de Lénine feraient bien de «punir» Apple en enjoignant à «tous ceux qui le souhaitent» de «dessiner des cornes et un groin de porc à toute la pléiade des présidents américains sanguinaires» dans les jeux vidéo. Sont plus particulièrement visés, Lincoln et Kennedy. Ce qui montre bien l’excès et la puérilité dans lequel sont tombés les vilipendeurs de Sergey Zanin, ce «spécialiste des jeux de soins»: «Soigner des petits chiens, soigner des petits chats, soigner des licornes»…

«Sans vergogne, insipides et vulgaires»

Plus sérieusement, la Rossiiskaïa Gazeta se demande si «le thème du leader dans cette perspective post mortem est «une attaque politique, un dévergondage moral ou une entreprise commerciale réussie». Elle en a discuté avec un poète et journaliste très peu fan de Vladimir Ilitch Oulianov et de «ses projets historiques». Lui juge que «Lénine doit être enterré selon la tradition chrétienne, comme un homme qui a vécu à un moment donné sur cette Terre». Mais cela ne l’empêche pas de penser que «les développeurs d’Internet sont sans vergogne, insipides et vulgaires».

«L’intimidation ou la moquerie», selon la personne interviewée, sont toujours «dégoûtantes». Mais dans le cas précis, on a affaire à une «exceptionnelle campagne de relations publiques». Personne n’aurait eu connaissance de l’existence même de cette application sans cette «réaction nerveuse des médias». Pour les jeunes d’aujourd’hui qui pratiquent le jeu en ligne, Lénine est une «figure mythologique» plutôt que politique ou historique, «presque ignorée de la jeune génération». Alors «honnêtement», cette application est-elle «plus absurde qu’un leader de la révolution socialiste reposant dans un mausolée au milieu d’un pays capitaliste, en face de boutiques de luxe»? Ce n’est certes «pas l’application la plus talentueuse» qu’on puisse imaginer, conclut-il, mais «la réaction hystérique» qu’elle a suscitée «lui a fait une belle publicité»…

Publicité