Editorial

Donald Trump face à lui-même

OPINION. Le président américain semble arriver au bout de ses propres contradictions

Il ne veut pas la guerre, mais il s’est entouré de conseillers dont le but ultime consiste – notamment – à faire disparaître le régime iranien. Il prône le retour à la maison des soldats américains, mais il transforme en pétaudière tout ce qu’il touche, au point d’encombrer de nouveaux renforts le détroit d’Ormuz, déjà l’une des régions les plus militarisées du monde. Il dégoûte ses alliés, se coupe de ses appuis, revendique le cavalier seul, magnifie la grandeur et la puissance de l’Amérique, mais il donne tous les signes de ne rien pouvoir mener à terme, tant son expérience, ses talents et ceux de son équipe semblent faire défaut.

Le président Donald Trump est-il arrivé au bout de ses propres contradictions? Le plus affolant, peut-être, dans les derniers épisodes en date en matière de face-à-face entre les Etats-Unis et l’Iran, c’est la manière dont, via Twitter, le président américain semble dévoiler pratiquement en direct ses incohérences et ses limites.

Lire aussi: Donald Trump était «à dix minutes» de bombarder l’Iran

Attaquera, n’attaquera pas? C’était moins une, mais il a ordonné in extremis de faire demi-tour. L’instrument que Donald Trump semble ériger en arme ultime, celle de la «pression maximale» – reniements d’accords passés, sanctions économiques, escalade militaire – ne sera jamais qu’un coup d’épée dans l’eau si elle n’est pas suivie d’une vision diplomatique, ou alors d’un dénouement militaire, même lourd de dangers. Depuis qu’il est à la Maison-Blanche, le président américain a déjà fait l’expérience d’un échec similaire en Corée du Nord, en Syrie, au Venezuela, et bientôt en Palestine avec le soi-disant «plan du siècle» de son gendre Jared Kushner. Mais rien n’y fait. Sauf qu’ici, face à l’Iran, dans ce baril de poudre qu’est le golfe Persique, les conséquences d’un faux pas peuvent se payer rapidement très cher.

Un Iran accusé de mettre en péril la stabilité de ce couloir maritime névralgique, un Iran qui pourrait relancer sa course à l’armement nucléaire et de surcroît utiliser ses différents relais pour mener des actions de terreur un peu partout? En d’autres temps, un tel cauchemar aurait eu de quoi rassembler autour des Etats-Unis une vaste coalition de bonnes volontés, au nom de la propre sécurité de chacun. Mais aujourd’hui, le dédain, l’arrogance et l’amateurisme de l’administration américaine sont trop criants. C’est face à lui-même que Donald Trump devra affronter ses propres contradictions. Dans l’attente d’une possible réélection, il a fait le vide autour de lui. Et son «America First» aura déjà contribué de manière décisive à atomiser encore un peu plus le jeu des nations.

Publicité