éditorial

Donald Trump, prends garde à toi

Aux Etats-Unis, les candidates sont deux fois plus nombreuses à briguer les élections de mi-mandat qu’en 2016. Un réveil provoqué par l’élection de Donald Trump, et la crainte de voir les droits des femmes reculer. Notre éditorial

La sentez-vous, cette petite brise féministe qui dépoussière et décoiffe même les mèches blondes les plus laquées, de Los Angeles à Washington? Humez-la, car elle ne faiblira pas.

Pour les femmes, leurs droits, leurs combats, pour tous ceux qui militent pour l’égalité des sexes, l’arrivée au pouvoir de Donald Trump est un désastre. La campagne ne laissait rien présager d’autre et les dix-huit derniers mois n’ont fait que le confirmer.

De ses propos encourageant à «attraper les femmes par la chatte» aux 19 (!) accusations d’agressions sexuelles qui le visent, en passant par sa banalisation des violences conjugales – le président a protégé plusieurs de ses proches –, la suspension des mesures pour l’égalité des salaires ou encore les coupes dans les programmes de planning familial, l’heure est grave.

Changer la donne

Même si 42% des femmes ont voté pour lui en 2016, la majorité des Américaines l’ont bien compris. A peine Trump était-il élu qu’elles descendaient dans la rue par centaines de milliers dans le cadre de la Marche des femmes. Coiffées pour certaines de pussy hats roses pour dénoncer la vulgarité du nouveau maître de la Maison-Blanche et l’incompréhensible impunité dont il semble bénéficier, elles ont fait savoir qu’elles se tiendraient prêtes à sauter dans l’arène.

Lire aussi: Les femmes à l’assaut des élections américaines

C’est désormais chose faite: les Américaines sont deux fois plus nombreuses aujourd’hui à briguer les élections de mi-mandat que lors des élections législatives de 2016. Du jamais-vu. Encouragées notamment par le mouvement #MeToo, les Américaines s’organisent. Elles sont actrices, développeuses, écrivaines, anciennes militaires, démocrates ou républicaines, souvent simples membres de la société civile et candidates aux élections du 6 novembre, convaincues que leur engagement politique pourra changer la donne.

Electrochoc

Ce réveil est réjouissant. Paradoxalement, c’est bien à Donald Trump qu’on le doit. Son élection a fait office d’électrochoc. N’en déplaise aux esprits chagrins, les pussy hats ne devraient donc pas se résumer à un effet de mode ou à l’expression d’une colère éphémère. La mobilisation des femmes ne s’arrête pas à des pancartes et à des slogans: elle paraissait s’essouffler, mais voilà qu’elle se traduit en un véritable engouement et les pousse à vouloir prendre des responsabilités politiques.

Il était temps: les femmes ne représentent que 19,8% des 535 élus au Congrès américain. Sur ce plan, la Suisse fait à peine mieux, avec une représentation qui plafonne à 24,3%.

L’élue démocrate Tammy Duckworth, première sénatrice à accoucher pendant son mandat, vient de donner le ton en parvenant à changer des règles archaïques au Sénat, défavorables aux mères. Ce qui montre à quel point la présence des femmes dans les cénacles du pouvoir est essentielle. Les Américaines sont en train d’insuffler un vent nouveau au sein de la société. Et elles n’ont pas dit leur dernier mot. Nous, en Suisse, non plus.


Ces semaines, dans le cadre des 20 ans, «Le Temps» met à l’honneur la cause de l’égalité hommes-femmes. Retrouvez nos articles sur la page dédiée.

Publicité