Opinion

Donald Trump, un nouveau Mussolini?

Les Etats-Unis possèdent des garde-fous institutionnels qui n’existaient pas dans l’Italie de 1922, mais les dégâts causés par le discours de Donald Trump sont considérables, analyse Joseph s. Nye, JR., professeur à Harvard et conseiller d’Hillary Clinton

La cote de Donald Trump dans la course à la nomination au statut de candidat républicain à la présidentielle ne cesse de susciter la consternation. Si l’establishment républicain craint qu’il ne soit pas capable de battre Hillary Clinton, qui sera très probablement désignée par les Démocrates, un certain nombre de Républicains vont jusqu’à redouter encore davantage la perspective d’un Donald Trump élu président. Certains voient même en Trump le risque d’une sorte de Mussolini version américaine.

Quelles que soient ses difficultés, l’Amérique d’aujourd’hui ne saurait pour autant être comparée à l’Italie de 1922. Les garde-fous institutionnels prévus par la Constitution, alliés à une justice impartiale, devraient permettre de maîtriser un showman de téléréalité. Le véritable danger réside moins dans ce que pourrait accomplir Trump, s’il parvenait à gagner la Maison Blanche, que dans les dégâts provoqués par le discours du candidat lors de sa campagne.

Les grands dirigeants savent éveiller leurs partisans au monde

Nous jugeons nos dirigeants non seulement sur l’efficacité de leurs décisions, mais également sur la signification de ce qu’ils créent et de ce qu’ils enseignent à leurs successeurs. La plupart des leaders obtiennent du soutien en faisant appel à l’identité existante et à la solidarité de leur groupe. Mais qualité plus rare, les grands dirigeants savent éveiller leurs partisans au monde, au-delà de leur groupe immédiat.

Après la Seconde Guerre mondiale, dans une France envahie trois fois par l’Allemagne en 70 ans, le leader français Jean Monnet décide qu’une revanche contre l’Allemagne vaincue ne ferait qu’engendrer un nouveau désastre. Il préférera élaborer un plan de développement progressif d’institutions, qui évolueront jusqu’à former l’Union européenne, laquelle rendra dorénavant impensable une telle guerre.

Mandela a œuvré pour élargir l’identité de ceux qui le soutenaient

Autre personnalité aux grandes qualités de leadership, Nelson Mandela aurait aisément pu choisir de définir son groupe comme celui des Sud-Africains noirs, et chercher à venger l’injustice de plusieurs décennies d’apartheid, de même que son propre emprisonnement. Au lieu de cela, Mandela œuvrera sans relâche pour élargir l’identité de ses partisans, à travers ses mots comme au travers de ses actes.

Dans un geste célèbre et hautement symbolique, Mandela apparaîtra lors d’un match de rugby vêtu du maillot des Springboks d’Afrique du Sud, équipe qui un certain nombre d’années auparavant représentait la suprématie blanche sud-africaine. Songez d’une part aux efforts fournis par Mandela pour inculquer une identité large à ses partisans, en comparaison d’autre part à l’approche étroite entreprise par Robert Mugabe au Zimbabwe voisin. Contrairement à Mandela, Mugabe a exploité la douleur de l’époque coloniale pour gagner en soutien, et use désormais de la force pour se maintenir au pouvoir.

Une minorité significative se sent menacée par les changements

Dans l’Amérique d’aujourd’hui, bien que l’économie soit croissante et que le taux de chômage se situe à un faible niveau de 4,9%, de nombreux citoyens se sentent exclus de la prospérité dont jouit le pays. Beaucoup attribuent le creusement des inégalités observé ces dernières décennies à la présence d’étrangers, plutôt qu’aux progrès technologiques, et il est facile de rallier une opposition face à l’immigration et à la mondialisation. Outre ce populisme économique, une minorité significative de la population se sent également menacée par les changements sociaux liés aux différentes couleurs de peau, cultures et ethnies, bien que rien de tout cela ne soit bien nouveau.

Il incombera au prochain président américain d’enseigner à ses concitoyens la manière de gérer un processus de mondialisation considéré par beaucoup comme une menace. Les identités nationales sont des communautés nées de l’imaginaire, en ce sens que peu d’individus partagent directement une expérience auprès des autres membres. Depuis un ou deux siècles, l’État-nation constitue par excellence la communauté imaginée pour laquelle les individus sont prêts à donner leur vie, de même que la plupart des chefs d’État font des questions nationales leur charge suprême. Cette réalité est inévitable, mais elle ne suffit plus dans un monde globalisé.

Des diasporas connectées par-delà les frontières

Sur cette planète mondialisée, la plupart des individus appartiennent à un certain nombre de communautés imaginées – locales, régionales, nationales ou cosmopolites – qui sont autant de cercles entrelacés, entretenus par Internet et par le prix plus abordable des voyages. De véritables diasporas sont aujourd’hui connectées par-delà les frontières nationales. Les catégories professionnelles telles que les avocats appliquent des normes transnationales. Les groupes militants, aussi bien écologistes que terroristes, se lient indépendamment des frontières. La souveraineté n’apparaît plus aussi absolue qu’elle semblait l’être.

L’ancien président Bill Clinton a confié qu’il regrettait de n’avoir pas su réagir efficacement au génocide perpétré au Rwanda en 1994, même s’il n’était pas le seul concerné. Si Clinton avait tenté d’y envoyer des troupes américaines, il se serait heurté à une vive résistance de la part du Congrès. De nos jours, les dirigeants même les plus compétents se trouvent bien souvent tiraillés entre d’une part leur intérêt pour l’international, et d’autre part leurs obligations plus traditionnelles à l’endroit des citoyens qui leur ont confié le pouvoir – comme l’a découvert l’été dernier la chancelière allemande Angela Merkel, après avoir fait preuve d’un leadership audacieux face à la crise des réfugiés.

Dans un monde au sein duquel les individus s’organisent principalement en communautés nationales, tout idéal de pur cosmopolitisme s’avère irréaliste. En témoigne cette réticence généralisée à laquelle nous assistons face à l’immigration. Qu’un chef d’État affirme avoir pour obligation de réduire les inégalités de revenus à l’échelle mondiale ne peut revêtir de crédibilité; en revanche, le fait qu’un tel dirigeant invite à accomplir davantage pour lutter contre la pauvreté, combattre la maladie, et venir en aide aux populations dans le besoin, contribue à éduquer les citoyens.

L’interdiction d’entrée des musulmans se heurterait à un obstacle constitutionnel

Les mots ont leur importance. Comme l’exprime le philosophe Kwame Anthony Appiah, «Tu ne tueras point est un commandement que l’on respecte ou pas. Tu honoreras ton père et ta mère est en revanche une règle que chacun applique à des degrés différents.» Il en va de même du cosmopolitisme par opposition à l’insularité.

À l’heure où le monde entier observe les candidats à la présidence américaine s’affronter autour de questions de protectionnisme, d’immigration, de santé publique globale, de changement climatique et de coopération internationale, efforçons-nous d’identifier à quels aspects de l’identité américaine ces candidats font appel, et observons s’ils s’attachent ou non à éveiller leurs partisans autour de significations plus étendues. Les candidats s’efforcent-ils d’élargir l’angle de vue identitaire des Américains, ou se contentent-ils de mobiliser les intérêts les plus étroits?

Il est fort peu probable que la proposition de Donald Trump consistant à refuser aux musulmans l’entrée aux États-Unis, ou que sa volonté de faire financer par le Mexique la construction d’un mur censé faire obstacle aux migrations, soient admises sur le plan constitutionnel et politique si Trump accédait à la présidence. Encore une fois, nombre de ses suggestions ne consistent pas en mesures politiques destinées à être appliquées, mais en simples slogans visant à attiser la propension populiste et insulaire que démontre une partie de la population.

Étant donné chez lui l’absence de noyau idéologique fort, et sa passion pour «l’Art de la négociation», Trump pourrait bien faire un président pragmatique, malgré son narcissisme. Cependant, les bons dirigeants sont ceux qui nous aident à définir qui nous sommes. Et sur ce point, Trump a d’ores et déjà échoué.


Joseph s. Nye, JR., professeur à Harvard, est l’auteur de l’ouvrage intitulé Is the American Century Over? Il est conseiller d’Hillary Clinton. Project Syndicate, 2016.
www.project-syndicate.org, traduit de l’anglais par Martin Morel.

Publicité