Révolution de palais

La droite, la gauche, Macron et vous

La grille de lecture d’une élite politique qui est en panne, selon notre chroniqueur, c’est celle qui consiste à se nourrir du clivage gauche-droite. Mais la gauche et la droite n’existent pas, dans la vraie vie, c’est comme Dieu

«Macron? Il est mort.» A Paris, il y a quatre mois, la classe politique était unanime. En visite à l’Assemblée nationale, je rencontrais des élus français. Constats moqueurs, tous partis confondus. Droite, gauche, centre: personne ne donnait aucune chance à ce blanc-bec hors parti. Zéro. J’ai revu certains d’entre eux vendredi. Et… comment dire? Ils ne savent plus. Ils sont perdus. Ils ne comprennent pas. «Macron n’avait aucun soutien!» Certes, c’est vrai. Trump non plus.

Droite antilibérale et gauche libérale

Macron et Trump ont un point commun: ils n’ont pas de camp politique. Pas d’étiquette historique. Ni droite, ni gauche. Macron le «socialiste» séduit des entrepreneurs, quand Trump le «républicain» courtise des «déplorables». Macron fut ministre d’un gouvernement de gauche, sans être de gauche. Trump fut le candidat de la droite, sans être de droite. Ou, pour être précis, sans être libéral. Il déteste les libertés. Bouger, commercer, respecter… Trump, le gars de droite, est un antilibéral absolu. Et Macron, le gars de gauche, est un libéral résolu. Alors que la gauche conspue tous les jours la droite «ultralibérale». Cherchez l’erreur.

On nage en pleine schizophrénie. La Suisse risque la contamination. Ce week-end, par exemple, le peuple vote sur une réforme fiscale voulue notamment par des gens de gauche, comme Studer, Hiler ou Maillard, au nom des finances publiques et de l’emploi. Mais une autre gauche combat ces créations d’emplois, en demandant moins d’impôts pour les bobos. Cherchez l’erreur (bis).

Un «no man’s land» politique

L’erreur, c’est la grille de lecture d’une élite politique en panne. Le système se nourrit du clivage gauche-droite. Mais la gauche et la droite n’existent pas, dans la vraie vie. C’est comme Dieu: on y croit un jour par semaine, le dimanche. Entre l’église et le bureau de vote. Avec de vraies questions: puis-je avorter, créer une entreprise, fumer un joint et traverser la frontière? Et si possible sans payer trop d’impôts? Si vous répondez cinq fois oui, vous êtes libéral. Ni de droite, ni de gauche.

Les Etats-Unis et la France ont vu naître notre démocratie moderne. Libérale. Mais la structure politique ne s’est pas adaptée. Les valeurs libérales sont nées à gauche, puis passées à droite. Aujourd’hui, elles dépassent les partis, combattues par des élus «ni de droite, ni de gauche». Un no man’s land politique où les antilibéraux prennent le pouvoir. Le Pen, ou Trump. La démocratie risque le coma. Heureusement, Macron n’est pas mort.

Publicité