Le débat scolaire fait rage dans le canton de Vaud. Une initiative, «Ecole 2010», prétend «sauver l’école». Opposée à ce texte, une nouvelle loi révisée à l’issue d’un long processus politique entend corriger certaines faiblesses de l’école vaudoise, clairement identifiées. Avant le scrutin du 4 septembre, Le Temps ouvre le débat en donnant la parole aux deux camps mais aussi à ceux que les deux projets ne convainquent pas.

L’initiative, déposée en janvier 2008, modifie plusieurs dispositions de la loi scolaire. Notamment soutenus par l’UDC et le Centre patronal, les initiants réclament un découpage en années scolaires et non en cycles; le renforcement des notes; celui des trois filières d’orientation; le renvoi des élèves indisciplinés dans des classes spéciales. La troisième voie du degré secondaire, la VSO, subsiste mais doit être «renforcée».

La loi révisée, la LEO, prétend apporter une nouvelle cohérence au parcours scolaire. Elle veut corriger les faiblesses du système existant. La décriée VSO serait fondue dans l’actuelle VSG, de sorte qu’il subsisterait deux filières, la voie «générale» et la voie «prégymnasiale». Elle propose une école plus exigeante pour tous mais aussi plus souple, avec davantage de passerelles.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.