Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Eolienne du Griessee, au Nufenen. (Olivier Maire / Keystone)
© OLIVIER MAIRE / KEYSTONE

Environnement

Economie verte, un débat «qui n’a pas eu lieu»

Les réseaux débattent d’un débat qui n’aurait pas eu lieu sur l’initiative «Pour une économie verte». Ou les limites de la démocratie directe quand des questions techniques sont en jeu

«Le débat sur #economieverte n’a pas eu lieu». Ah bon? Pas eu lieu? A l’heure de tout numérique, des réseaux qui alertent en permanence? Non, pas eu lieu, persiste Marc Münster dans un post du 13 septembre sur son blog hébergé par Le Temps, «Les chroniques du #FerARepasser», (https://blogs.letemps.ch/marc-muenster/),

Cet «arpenteur inlassable de la tweettosphère» (@Munsterma) comme il se décrit lui-même se fonde sur son expérience après s’être livré, toujours sur son blog, à un plaidoyer en faveur d’une réconciliation de l’économie et de l’écologie (même étymologie…)

A droite, rien, pas de réaction

Or que s’est-il passé? Sur les réseaux, les Verts, libéraux ou non, et leurs relais ont certes applaudi à cette défense de l’initiative «Pour une économie verte» sur laquelle, ne l’oublions pas, on vote le 25 septembre. Mais à droite, rien. Pas de réaction. Désintérêt total aussi du PS.

Marc Münster a fait sa petite enquête. Conclusions? A droite, ceux qui étaient susceptibles de lui répondre n’ont apparemment même pas lu son post. Il a suffi que le titre fasse apparaître un soutien à ladite initiative pour décourager les potentiels lecteurs.

L’intéressé en retire quelques convictions qui détonnent au moment où, constate-t-il, «la politique suisse n’est plus que débat.» Au point de poser la question: «A force de débattre, sommes-nous encore aptes à la démocratie directe?»

«Fournisseurs non représentatifs de prêt-à-penser à bas prix»

Partout en effet, dans tous les médias, les opinions, si possible tranchées, sont confrontées les unes aux autres. Rien à objecter, sinon que les partis, massivement sollicités, peinent à trouver dans leurs propres rangs les ressources suffisantes, affirme Marc Münster, pour alimenter utilement ce débat permanent. Ils sont contraints, dès que les questions deviennent plus techniques et moins politiques, de se rabattre sur les argumentaires des lobbys. Lesquels ne sont, lance notre blogueur, que des «fournisseurs non représentatifs de prêt-à-penser à bas prix.»

Constat décapant qu’on n’est pas forcé de partager. Mais l’un de ses tweets est effectivement tombé dans l’indifférence: «Les scientifiques soutiennent l’initiative. Que l’UDC y soit imperméable, ok. Mais le PLR?» Et il pronostique: «En refusant #EconomieVerte, droite traditionnelle renforcera la vieille garde des Verts, qui reviendra avec quotas et des interdictions».

Les adversaires, eux, sont loin de réclamer un droit de polluer. Leurs arguments consistent plutôt à souligner que l’économie verte «est déjà en marche, que l’initiative ne propose rien de nouveau», tweete le PDC (@CVP_PDC). Ou qu’elle «doit s’appuyer sur l’innovation, pas la brider ni l’étatiser» (@CentrePatronal), et que «s’opposer à l’initiative des #Verts ne signifie pas être contre l’économie verte! #CHvote #économieverte» (@DimancheOnVote).

Quant au visuel utilisé par les initiants et représentant un nourrisson, il interpelle Benoît Genecand, principal porte-voix de l’opposition PLR à l’initiative en Suisse romande. Sur facebook, il se dit troublé: «Pour atteindre un équivalent planète d’ici 2050 en Suisse, la première urgence serait certainement de ne pas trop en faire des bébés!»

Depuis le dernier sondage gfs.bern, lequel donne encore une petite marge en faveur de l’initiative qui risque pourtant de ne pas être suffisante pour la victoire, les adversaires relèvent la tête. «On ne lâche rien contre ce texte, même si trend est au NON», tweete Carmelo Lagana, suppléant romand d’economiesuisse (@laganacarmelo_a).

Le soir même, mercredi dernier, Infrarouge débattait de l’initiative. L’occasion pour Marc Münster d’en rajouter: «Bon, je n’ai pas vraiment changé d’avis sur #EconomieVerte durant #RTSInfrarouge; quelqu’un d’autre oui?»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)