Opinion

Ecriture inclusive: ne plus écrire la loi au masculin

OPINION. La rédaction inclusive polarise le débat, y compris dans le monde du droit et des administrations, écrit Alexandre Flückiger, professeur de droit à l’Université de Genève

La rédaction inclusive polarise le débat, y compris dans le monde du droit et des administrations. Est-ce une préoccupation futile au regard des inégalités de fait qui seront au cœur de la grève nationale des femmes le 14 juin 2019 ou un «péril mortel» pour la langue française comme l’Académie française l’a prédit en 2017? Ni frivole ni fatale, cette question est loin d’être nouvelle. Eliane Viennot par exemple, professeuse (elle préconise ce terme) de littérature française de la Renaissance, décrit cette évolution comme une volonté de stopper le processus de masculinisation de la langue plutôt que de féminiser celle-ci. Le sexisme de la langue française n’est en effet pas inné mais relève d’acquisitions que celle-ci a successivement subies depuis le XVIIe siècle. Il suffirait dès lors de remonter suffisamment loin dans le temps afin de puiser dans le passé les solutions linguistiques de demain. Pour illustrer la démarche, prenons la question de l’accord d’un adjectif se rapportant à des noms de genres différents. En 1767, le grammairien Nicolas Beauzée avait plusieurs solutions à sa disposition, notamment l’accord de proximité ou de majorité, pour y répondre. Il a toutefois virilement tranché pour la préséance du masculin sur le féminin «à cause de la supériorité du mâle sur la femelle». Il est évident que si la question devait être tranchée aujourd’hui, son choix serait immédiatement jugé discriminatoire, arbitraire et écarté pour sexisme flagrant en raison de sa justification même. Autre exemple marquant du passé: la «philosophesse» a tiré sa révérence depuis longtemps alors que la «demanderesse» et la «défenderesse» ont subsisté jusqu’à aujourd’hui dans la langue des juristes.

L’exception de la Constitution fédérale

Les résistances, dans le monde du droit et en France d’abord, ne se sont pas fait attendre. Olympe de Gouges a publié en 1791 une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne en réponse féministe à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Les signataires de la Requête des dames à l’Assemblée nationale ont proposé un an plus tard un projet de décret exigeant de ne plus considérer le genre masculin «même dans la grammaire, comme le genre le plus noble». En 1917, le législateur a tenté de féminiser avant l’heure le Code civil français en rajoutant les doublets «tutrice» et «curatrice», manœuvre vertement critiquée alors par le professeur de droit Henri Capitant expliquant qu’il aurait mieux valu prendre pour modèle le Code civil suisse de 1907 admettant à la tutelle les femmes aussi bien que les hommes et qui «se contente, lui, d’employer le mot tuteur, sans y ajouter celui de tutrice».