Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les éditeurs de logiciels vendus à l’échelle planétaire devraient assumer leurs responsabilités jusqu’au bout et assurer un service après-vente sans limite.
© 123rf

Editorial

Les éditeurs de logiciels doivent assumer

ÉDITORIAL. Les concepteurs de programmes ont un peu trop tendance à se décharger de leurs responsabilités sur les utilisateurs

Prendre le contrôle d’un Mac sans mot de passe… L’affaire est tellement énorme qu’elle semble irréelle. D’abord, vu le principe: il paraît incroyable que l’éditeur d’un système d’exploitation ait laissé une telle porte ouverte dans l’un de ses logiciels phares. Ensuite, l’affaire prend encore plus d’ampleur, car il s’agit d’Apple, dont les logiciels sont réputés, avec raison, parmi les plus sûrs.

Lire aussi: Une faille embarrassante pour Apple permet de pirater des Mac

La faille sera réparée d’ici peu et l’on aurait tort de s’en prendre à la marque à la pomme. Aucun logiciel n’est infaillible, et chaque semaine, Apple, Microsoft, Adobe, HP ou IBM envoient des correctifs à installer immédiatement. Rien qu’au mois de novembre, Microsoft a ainsi envoyé 53 mises à jour de sécurité pour ses logiciels. L’éditeur a même déployé un correctif pour une faille récemment détectée dans Office, qui avait été créée il y a… dix-sept ans.

C’est ainsi que l’industrie du logiciel fonctionne. Et personne ne s’en plaint. Les logiciels deviennent de plus en plus complexes, les pirates sont toujours mieux armés, et leur bras de fer avec les éditeurs est sans fin. Ces derniers payent des dizaines de milliers de dollars à ceux qui détectent des failles et les préviennent en premier – même Apple s’y est résolu en 2016.

Par contre, ce qui est moins acceptable, c’est l’attitude des concepteurs de logiciels. Ils se déchargent de plus en plus de leurs responsabilités sur les utilisateurs. L’exemple le plus frappant avait été Windows XP. Cette version du système d’exploitation de Microsoft n’avait plus été mise à jour depuis 2014 par Microsoft. Or, c’est une faille au cœur de Windows XP qui a été exploitée par des pirates pour lancer l’attaque mondiale via le logiciel d’extorsion WannaCry.

«Estimez-vous que les internautes sont aussi responsables?» avions-nous récemment demandé au président de Microsoft, Brad Smith. «Oui. Il faut par exemple qu’ils mettent à jour leurs appareils et utilisent des technologies récentes», avait-il répondu.

Les éditeurs de logiciels vendus à l’échelle planétaire devraient assumer leurs responsabilités jusqu’au bout et assurer un service après-vente sans limite. Ils en ont les moyens. Mais certainement pas l’envie. Ils cherchent à faire renouveler de plus en plus vite le parc d’ordinateurs, de smartphones et de logiciels. Bienvenue dans le monde de l’obsolescence programmée.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)