Le principal danger du canyoning n'est pas la nature, mais l'autre. Soit le guide, l'organisation, le système auxquels il a bien fallu se fier au départ d'une randonnée «extrême». Or ces autorités ne sont pas fiables. Pas de formation obligatoire, de brevet spécifique, de règle aussi évidente que l'annulation d'une course lors de menaces orageuses. Simplement de vagues et épisodiques stages organisés en France, histoire de suggérer que la responsabilité est ici constamment reportée, diluée, bottée en touche.

Surtout qu'en Suisse, l'âge moyen du touriste est en hausse. Il s'agit donc de séduire les jeunes avec des appâts à base d'adrénaline. Comme le marché est confidentiel (moins de 2% des touristes en Suisse participent à des sports extrêmes), la concurrence est rude. Mais hélas facilitée par l'absence de structures sérieuses. La pression économique s'accommode toujours du laisser-faire.

Il faut donc instaurer une formation digne de ce nom pour l'encadrement du canyoning. Elle pourrait par exemple s'inspirer de la plongée sous-marine et de ses phases d'initiation, test, brevet et autres stages réguliers, bref d'une méthode, et de l'esprit d'une méthode qui stimulerait la responsabilité, la prévoyance, la connaissance au bénéfice des autres. Il serait en revanche idiot d'interdire le canyoning, comme le recommandait mercredi la Fondation suisse pour la protection et l'aménagement du paysage, dans un élan aussi précipité que réducteur. La liberté de prendre des risques est précieuse. Il importe simplement qu'elle ne soit pas aveugle.

Héritage des années 80 et de leur goût de la sensation forte, le canyoning est de toute manière appelé à évoluer. L'aventure incorpore de plus en plus le respect de la nature, de sa force comme de sa fragilité, de sa beauté comme de son imprévisibilité. Le flash d'adrénaline complaisamment fourni par des amateurs sera bientôt, espérons-le, ressenti comme anachronique.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.