Il y a quelques mois, la polémique faisait rage au sein des pro-européens. Face au risque de débâcle, était-il judicieux de porter l'initiative «Oui à l'Europe!» devant le peuple? Aux yeux de certains, il valait mieux, pour servir efficacement la cause européenne, en passer par un sacrifice salvateur et retirer un texte que même le Conseil fédéral, pourtant, soutient sur le fond. Au mépris des conseils de prudence qui leur étaient prodigués, les initiants ont décidé de partir à la bataille coûte que coûte. Ils ont osé; leur témérité est sur le point d'être récompensée.

Le sondage que nous publions aujourd'hui en exclusivité ne laisse planer aucun doute: la question européenne est un thème politique d'actualité qui ne rebute ni n'irrite les Suisses. Ces derniers n'utiliseront pas le scrutin du 4 mars pour punir les partisans de l'adhésion d'avoir osé lancer publiquement la discussion. Soyons toutefois réalistes: ils ne les gratifieront pas non plus d'une victoire. L'opinion publique n'est pas encore mûre pour cela. Mais notre enquête montre que ce n'est plus qu'une question de temps. Les Suisses sont certes encore divisés sur le calendrier, mais plus sur le fond. D'aucuns, notamment en Suisse romande, voudraient accélérer. D'autres se contentent d'assurer leur pas. Dans tous les cas, cependant, la direction est la même: avancer vers Bruxelles.

Contrairement à ce que préconisait Franz Steinegger ce week-end dans la presse alémanique, il n'y a donc aucune raison d'escamoter le débat sous prétexte que le seul fait d'évoquer l'Europe favoriserait la montée du blochérisme. Libre aux radicaux, avec leur président en tête, de prôner embargos et moratoires, de tabouiser la question de l'adhésion. De notre point de vue, les huit semaines qui nous séparent du 4 mars doivent permettre de mener un large débat sur l'avenir européen de la Suisse. La rédaction du Temps y apportera sa part.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.