En langage politique, l'expression du jour sera sans doute «prime au sortant». Cela signifie qu'hier en France, pour le premier tour des élections municipales, les équipes sortantes qui ont accompli un travail efficace ont connu une victoire, quelles que soient leurs sensibilités politiques. On est donc loin d'une vague rose crainte ou espérée.

Le «localisme» l'emporte sur la dimension nationale. Ce résultat dominical très impressionniste peut surprendre dans les états-majors parisiens ou dans les pays voisins. Or, il n'en est rien. La France n'est plus ce pays jacobin, centralisateur, massif, unique où Paris dirige le débat, fixe les modes. La France est, par l'effet de la décentralisation et de la régionalisation, plus diverse que jamais. Ce scrutin, du moins dans son premier tour, confirme cette mutation et souligne que les municipales enferment surtout des enjeux locaux. Paris excepté.

Car, de la situation parisienne, il peut être tentant de tirer des leçons nationales. Le calendrier y conduit. A un an de la présidentielle, il est imaginable que le président Jacques Chirac, qu'il le veuille on non en feignant de se tenir à distance, joue gros dans ce scrutin. Car une victoire à Paris et quelques hauts faits dans le reste du pays peuvent marquer le début d'une reconstruction de la droite. A l'inverse, une lourde défaite dans la capitale et des revers cumulés à Lyon et Toulouse pourraient signer avant l'heure une débâcle d'une plus grande ampleur encore à l'élection présidentielle face à Lionel Jospin.

Mais Paris et ses conjecturaux enseignements nationaux ne doivent pas cacher la France. Douce France chantée par Trenet où les éléments de sécurité, de qualité de l'enseignement, de cadre de vie, de protection de l'environnement dominent toujours plus le débat au détriment de thèmes classiques, omniprésents en 1995, comme le développement économique, l'emploi ou les impôts locaux. Signe tangible: les Verts, parti de proximité par essence, bénéficient de cette évolution de la société française. Leurs scores en très sensible hausse à travers l'Hexagone illustrent le phénomène.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.