éditorial 

Election au Conseil d'Etat vaudois: le climat a changé

EDITORIAL. Qu’une jeune femme de 19 ans, ne répondant à aucun des critères politiques traditionnels, soit parvenue à rassembler presque un Vaudois sur quatre est un tremblement de terre politique et sociétal

La candidate PLR Christelle Luisier a été élue dimanche conseillère d’Etat vaudoise. Mais ce sont bel et bien Juliette Vernier et le collectif de la Grève du climat qui ont remporté symboliquement cette élection. On pourra certes, du côté des partis traditionnels, se rassurer en ânonnant qu’on avait affaire à une configuration unique, exceptionnelle: ce déni est tragiquement classique lorsqu’il s’agit de ne pas vouloir comprendre une problématique de fond. Le travail de sape de la crédibilité du collectif des jeunes a commencé dès les premiers «ouf» de soulagement, poussés dès le moment où il apparaissait que Christelle Luisier allait s’en sortir dès le premier tour. Cette manière paternaliste et condescendante de la droite à la gauche de souligner que l’on était bien content pour les jeunes, qu’on leur disait bravo, mais que la récré était terminée et qu’il s’agissait désormais de revenir aux choses sérieuses.

Notre compte rendu: Christelle Luisier remporte «l’élection de tous les dangers»