Nous, associations européennes de défense des animaux, attendons avec le plus grand intérêt la votation fédérale du 25 septembre qui pourrait interdire certaines des pires pratiques de l’élevage intensif en Suisse. Un vote positif amorcerait une réflexion politique sur les normes d’élevage dans les pays voisins, car il fermerait le marché intérieur suisse aux éleveurs qui ne respectent pas ses normes. Il acterait aussi, pour la première fois dans la loi, le rejet citoyen de ces élevages.