Utiliser le langage pour avancer dans l’égalité des sexes est-il un «délire d’intellectuels»? Ces derniers mois, les débats – surtout en France – sur le langage inclusif ont fait rage, mais nous semblent malheureusement souvent cloisonnés dans des discussions très affectives. Après la récente prise de position de l’Académie française – qui finalement «accepte» la féminisation des noms de métiers –, nous souhaitons apporter à ce débat un point de vue scientifique, basé sur des faits, et non sur le refus ou l’acceptation a priori de nouvelles pratiques sociales et langagières.

Lire aussi: Ecriture inclusive: ne plus écrire la loi au masculin