France

Comment Emmanuel Macron fabrique l’ambiance de ses meetings

Une vidéo révèle que les sympathisants du candidat à la présidentielle reçoivent des messages en direct pour savoir quel slogan crier à quel moment afin de créer l’illusion

L’ambiance survoltée des meetings d’Emmanuel Macron est tout sauf spontanée. C’est ce que révèle une vidéo mise en ligne mardi dans laquelle on découvre que les sympathisants haranguant leur candidat d’une seule voix sont en réalité téléguidés. «Bravo», «Il a raison», «Macron président!», «On va gagner!»: ces slogans vindicatifs leur sont envoyés en direct via l’application de messagerie Telegram. Le Français Christophe Geoffroy a infiltré le groupe baptisé «Team Ambiance» lors du rassemblement du 4 février dernier à Lyon avant de dévoiler la supercherie. Lundi, un sondage présidentiel prévoyait la «fin de la magie» pour Macron. En pleine crise de la vérité et des fake news, la révélation de ce jeu d’illusions passe très mal sur les réseaux. 

Voir la vidéo:

De son immersion, Geoffroy, qui soutient ouvertement Jean-Luc Mélenchon sur Twitter, a concocté une vidéo qui donne à voir un ballet savamment orchestré où les militants exécutent à la lettre les mots d’ordre reçus sur leur téléphone portable. Une sorte de making-of qui dévoile l’envers du décor. Que faut-il crier et à quel moment? Les instructions précises témoignent d’une mise en scène habile où la prestation du public compte presque autant que celle du candidat. A la manœuvre: l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron, qui dicte la conduite du show auquel quelque 12 000 personnes ont par ailleurs assisté. Sur Twitter, les réactions fusent. «De la poudre aux yeux, ce mec», lâche @daniel_chetman. «Une coquille vide, pas de programme», renchérit @Chamby55.

Faire naître l’enthousiasme

Comme dans un match de basket où l’ardeur des supporters joue un rôle de baromètre, l’élan de la foule traduit le degré d’émotion suscité par le plan politique. «Le but est de faire croire à un engagement, une adhésion, un enthousiasme», note l’auteur en préambule de sa vidéo qui a été visionnée plus de 85 000 fois.

«#Macron et ses Marcheurs ont de plus en plus un comportement de scientologues», ricane @J2molay, à propos de celui qui a souvent été salué pour ses opérations de communication hors pair. Ce qui lui a d’ailleurs valu le qualificatif de «gourou». 

Dans la salle du Palais des sports de Lyon, les militants censés donner le la se distinguent aisément du public lambda. Vêtus de t-shirts au nom du candidat, ils arborent drapeaux et pancartes et semblent particulièrement actifs. Pour faire partie de la «Team Ambiance», il suffit de remplir un formulaire, précise Christophe Goeffroy. Une fois inscrit, le sympathisant n’a alors qu’à scruter son téléphone. Lorsqu’il crie suffisamment fort, il reçoit même des félicitations: «Top, bravo». Emoticônes trompette et mégaphone en prime. L’entrée en scène d’Emmanuel Macron est précédée d’un «GOGOGO, il arrive, donnez tout!» Clou du spectacle, les participants sont conviés par les organisateurs à une soirée en boîte de nuit.

La manipulation de trop?

Certes, des «claqueurs» engagés pour chauffer une salle, ce n’est pas nouveau. Mais Emmanuel Macron atteint ici un niveau supplémentaire dans la suggestion d’un engouement artificiel minuté. Comme dans un jeu télévisé où le public applaudit et rit à l’unisson, ses sympathisants lui obéissent au doigt et à l’œil. Cette tentative de manipulation va-t-elle trop loin? L’intention n’a pas évolué: il s’agit toujours de donner l’impression d’une foule électrisée par le message politique. Les moyens techniques, en revanche, sont décuplés. Exploités à la perfection, ils permettent de produire un maximum d’effets.

Lire aussi: Emmanuel Macron, la voie étroite pour l’Elysée

Même s’il ne s’agit finalement que de la forme, les dégâts risquent d’être importants. Si les militants jouent les pantins de bon cœur, pas sûr que les électeurs dupés acceptent d’être aussi dociles.

Publicité