Sur la base de la décision du Conseil fédéral du 16 mars 2020, l’armée a mobilisé environ 5000 militaires en service d’appui. Le Conseil fédéral peut même mobiliser jusqu’à 8000 personnes pour soutenir les autorités civiles. La Société suisse des officiers (SSO) note avec satisfaction que la mobilisation partielle a été un succès et que notre armée de milice a jusqu’à présent parfaitement rempli ses missions.

La fin de la crise sanitaire provoquée par le Covid-19 n’est actuellement pas prévisible, raison pour laquelle les autorités civiles risquent de rester dépendantes de l’aide de l’armée et de la protection civile pendant des mois. L’engagement Corona 20 représente la plus importante mobilisation de troupes depuis la Seconde Guerre mondiale. C’est un cas réel, pas un exercice. L’accent est clairement mis sur les prestations fournies au profit du système de santé civil et dans la protection des ambassades et en soutien du corps des gardes-frontière. L’armée est donc confrontée à une épreuve historique qu’elle a jusqu’à présent bien maîtrisée, fidèle à sa devise: combattre, protéger et aider.

Une protection civile exemplaire

En plus de notre armée, la protection civile est également engagée à grande échelle. Fin mars, quelque 5000 membres de la protection civile étaient engagés en soutien du service de santé civil, tandis que d’autres contingents se tiennent prêts à un éventuel déploiement. La compétence opérationnelle pour le personnel de la protection civile qui, par exemple, exploite les points de triage devant les hôpitaux ou aide aux soins ambulatoires des patients, relève des cantons. Si la SSO reconnaît le haut niveau de compétences en matière de formation et de préparation du personnel de la protection civile, elle n’a toutefois pas attendu la présente crise sanitaire pour demander que le service sanitaire de la protection civile – supprimé en 2004 – soit reconstitué.

De nombreux civilistes se tiennent prêts à apporter leur contribution dans le cadre du service d’appui. Nous en prenons note en vue du débat sur le service civil cette année

La lutte contre le coronavirus a vu de nombreux volontaires s’annoncer auprès de l’armée, y compris des civilistes. Les critères d’engagement sont: être apte au service militaire, avoir accompli une ER, être incorporé et n’être frappé d’aucune réserve émise suite à un contrôle de sécurité relatif aux personnes. De nombreux civilistes se tiennent prêts à apporter leur contribution dans le cadre du service d’appui. La SSO prend note de ce fait en vue du débat sur le service civil encore cette année.

Prêt face à toute menace

Il n’y a pas que le personnel de santé, les services de secours ou le corps enseignant qui font un travail remarquable, mais aussi le commandement de l’armée et les formations de milice. La SSO saisit l’occasion de les remercier et de leur témoigner sa reconnaissance. Les forces et les qualités de notre modèle éprouvé d’armée de milice déploient leurs effets. Le Conseil fédéral fait également preuve de sa capacité à gérer des crises. Le bilan intermédiaire est donc positif, mais la crise perdure. Nous la maîtriserons avec solidarité, autodiscipline, responsabilité personnelle et unité.

Malgré ou plutôt à cause du Covid-19, le comité national pour le oui à une défense aérienne crédible travaille d’arrache-pied en vue de la campagne. Nous gardons les yeux rivés sur la situation dans son ensemble. Notre armée de milice doit garantir la sécurité de la population suisse et, pour ce faire, elle doit être prête à répondre à toutes les menaces. La situation mondiale est et restera instable, elle s’est même péjorée ces dernières années. Il faut donc être prêt à combattre toutes les menaces, dont les menaces aériennes. Il est urgent d’investir dans une défense aérienne forte et crédible. En outre, le Conseil fédéral a confirmé la date du vote du 27 septembre 2020. La SSO sera prête.