Que ce soient les démarches des républicains aux Etats-Unis pour que la Cour suprême annule la décision Roe v. Wade, qui, en 1973, a inscrit dans la jurisprudence le droit des femmes à l’avortement, ou bien les nouvelles restrictions imposées par la Pologne à l’accès aux moyens contraceptifs d’urgence, jusqu’au renforcement des restrictions au Brésil de l’éducation sur la santé sexuelle, les temps sont durs pour les femmes. Mais le mouvement féministe mondial a réussi à prouver au cours des années qu’il peut surmonter de fortes résistances lorsqu’il s’agit de défendre les droits de groupes marginalisés. En 2020, il y parviendra de nouveau.

Le défi est de taille. Une conséquence inévitable de l’autoritarisme, du nationalisme ethnique et de la xénophobie saisis ardemment par des dirigeants politiques de bon nombre de pays – en particulier le Brésil, la Hongrie, l’Inde, la Turquie et les Etats-Unis – est la continuation de normes régressives sur l’égalité des différentes identités sexuelles. Selon les dirigeants partisans de la manière forte comme Jair Bolsonaro au Brésil, Viktor Orban en Hongrie et Narendra Modi en Inde, les femmes naissent pour devenir des épouses et des mères; les immigrants et les minorités raciales, religieuses et ethniques sont des éléments dangereux et inférieurs. Pour ces dirigeants, les personnes LGBTQI+ qui se font ostraciser, emprisonner ou même assassiner l’ont bien cherché. Ces dirigeants ont encouragé les gens qui partagent leurs vues à s’engager dans des actes de discrimination et de violence sur des minorités ethniques ou autres, des migrants, des femmes et d’autres groupes marginalisés.

Par des mesures comme les restrictions sur l’avortement et la contraception et l’élimination des protections des personnes LGBTQI+, ces dirigeants cherchent à dicter aux gens ce qu’ils font de leur corps, de leur sexualité et de leur reproduction. Ils pénalisent ceux qui osent défier leurs convictions rétrogrades. Par exemple, dès son entrée à la Maison-Blanche, le président des Etats-Unis, Donald Trump, a rétabli la «règle du bâillon mondial», ayant pour effet de causer la mort de femmes, car elle exclut de l’aide américaine tout organisme international qui gère des cliniques d’avortement, qui y dirige des femmes ou qui se fait le défenseur de ces services. Or, à titre de présidente de la Coalition internationale pour la santé des femmes et porte-parole de longue date du droit des femmes, j’ai été aux premières loges de ce que le mouvement féministe peut accomplir. Songeons à la lutte des féministes en Argentine contre des législations excessivement restrictives en matière d’avortement.

Des progrès partout

Il y a vingt ans, aux Nations unies, les diplomates argentins refusaient même de reconnaître les droits en matière de santé sexuelle et génésique. Mais en 2005, les féministes d’Argentine ont lancé une campagne nationale pour le droit à l’avortement légal, sans risque et gratuit, livrant dès le début un âpre combat contre de puissants adversaires. En 2018, des centaines de milliers de militantes et militants ont envahi les rues partout au pays portant des foulards verts (devenus depuis le symbole mondial de la défense du droit à l’avortement) pour exiger que le Sénat adopte le projet de légalisation de l’avortement. Le mouvement a perdu la bataille, mais par une très faible marge – un résultat qui aurait paru impossible, il y a à peine quelques décennies. Et les militantes ont poursuivi le combat. Le mois dernier, l’Argentine a investi au pouvoir un président, Alberto Fernandez, qui a promis de légaliser l’avortement.

Comme le mouvement féministe l’a prouvé à maintes reprises, grâce à un engagement soutenu, les changements qui semblaient autrefois impossibles peuvent plus tard paraître inévitables

Il n’est jamais facile de faire évoluer une société pour qu’elle protège les groupes marginalisés. Les gains rapides contre une faible opposition sont rares. Cela étant, comme le mouvement féministe l’a prouvé à maintes reprises, grâce à un engagement soutenu, les changements qui semblaient autrefois impossibles peuvent plus tard paraître inévitables. L’année dernière seulement, nous avons été témoins de nombreux exemples de tels changements. L’Etat d’Oaxaca du Mexique et l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud en Australie ont décriminalisé l’avortement, comme l’a fait l’Irlande du Nord, tandis que d’autres Etats ont libéralisé leurs lois, en élargissant les circonstances dans lesquelles les femmes peuvent avoir accès à des services d’avortement légaux et sans risques. En avril, la Cour suprême de Corée du Sud a invalidé les lois du pays en matière d’avortement, les qualifiant d’inconstitutionnelles, préparant le terrain pour une décriminalisation cette année même.

Outre ces questions d’avortement, l’Autriche, l’Equateur, l’Irlande du Nord et Taïwan ont tous légalisé le mariage entre personnes de même sexe en 2019. De plus, dans le cadre d’un changement de garde politique remarquable, la Finlande a élu Sanna Marin, une femme de 34 ans, au poste de première ministre. Des femmes dirigent maintenant les cinq partis politiques composant la coalition gouvernant le pays et quatre d’entre elles ont moins de 40 ans. Les porte-parole des droits des femmes sont déterminé(e)s à faire de 2020 une année au moins aussi importante dans la lutte mondiale pour l’égalité, non seulement des femmes et des jeunes filles, mais de toutes les personnes. Ainsi, en Inde, ce sont les femmes qu’on retrouve à la tête des mouvements de protestation contre la nouvelle loi de citoyenneté jugée discriminatoire envers les musulmans.

Alliance progressiste

Il est particulièrement inspirant de voir de jeunes militantes et des activistes à identité sexuelle multiple à la tête de mouvements prônant des changements en profondeur. Par exemple, Emma Gonzalez réclame une réforme de la loi américaine sur les armes à feu, Bertha Zuñiga défend les droits territoriaux des populations autochtones du Honduras, et Jamie Margolin et Greta Thunberg se révèlent être des têtes de proue du militantisme environnemental. Cette année marque le 25e anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing des Nations unies, qui inscrit les droits des femmes dans le cadre des droits de la personne et définit l’importance de l’égalité des sexes dans l’échéancier international. Depuis la création de la plateforme, les militants et militantes s’en sont servis pour faire en sorte que les gouvernements respectent leurs engagements sur un vaste éventail de problématiques, dont la mortalité maternelle, le mariage des enfants, la violence sexiste, la participation politique et les droits génésiques. Les militantes féministes poursuivront le travail dans le cadre du Forum Génération égalité Beijing +25, coprésidé par le Mexique et la France, qui se déroulera à Mexico en mai et à Paris en juillet. Elles y réclameront de nouveaux engagements fermes de s’attaquer à des enjeux transversaux comme les changements climatiques et la crise des réfugiés.

Cette perspective élargie est essentielle. En fait, le mouvement féministe doit raffermir ses alliances avec d’autres mouvements progressistes, surtout ceux qui se battent pour la viabilité environnementale, l’équité dans le traitement des minorités ethniques et les droits des LGBTQI+. Ce n’est que par une mobilisation générale et par un soutien mutuel des autres programmes que nous pourrons triompher des forces racistes, hétéronormées, patriarcales et exploitatrices, afin de construire un monde plus juste, plus équitable et plus pérenne. Les effets de ces initiatives seront orientés par les décisions des citoyens et des décideurs politiques. L’élection présidentielle aux Etats-Unis en novembre sera particulièrement importante. Pour le meilleur et pour le pire, les Etats-Unis exercent une influence disproportionnée sur l’efficacité des interventions dans le reste du monde pour régler des problèmes allant des changements climatiques à l’aide étrangère, en passant par la diplomatie et les droits de la personne.

En cas de défaite de Trump, les Etats-Unis pourraient de nouveau servir d’exemple, relançant la coopération multilatérale, renouvelant l’appui aux agences de l’ONU œuvrant en santé et en droits de la personne et assurant que les fonctions supérieures de l’Etat et du système judiciaire sont de nouveau occupées par des personnes compétentes qui viennent en appui aux droits de la personne et à la règle de droit. Mais quoi qu’il arrive, une chose est sûre: le mouvement féministe et ses alliés progressistes ne baisseront pas les bras.

Traduit de l’anglais par Pierre Castegnier.


Françoise Girard est présidente de la Coalition internationale pour la santé des femmes.


Copyright: Project Syndicate, 2020.
www.project-syndicate.org


Une tribune: Restez vigilantes toute votre vie!