Plus de 80 femmes ont accusé publiquement Harvey Weinstein de les avoir harcelées ou agressées sexuellement. Signe des douloureuses stratégies de discréditation de la part de l’accusation auxquelles une majorité de plaignantes refuse de s’exposer, et de la difficulté à construire une défense pour ces crimes commis entre quatre yeux, le procès à New York et l’inculpation à Los Angeles ne concernent au final qu’une poignée d’entre elles. S’il demeure malaisé pour les victimes d’obtenir justice, l’affaire Weinstein représente néanmoins un pivot dans la manière dont on considère leur parole dans l’espace public. Depuis la révélation des agressions attribuées au producteur américain et la somme de témoignages ralliée au hashtag #MeToo qui en a résulté, la parole des femmes a acquis un poids.


Au sujet du procès Weinstein: