Depuis la guerre en Ukraine, les entreprises sont prises en étau. Leurs pays d’origine attendent qu’elles exécutent sans faille les sanctions et qu’elles se conforment à une nouvelle morale. En revanche, les pays où elles opèrent leur reprochent d’interférer dans leur politique domestique. Cela devient très compliqué.