L’accord Privacy Shield entre les Etats-Unis et l’Europe rendait possible le transfert des données personnelles d’un côté à l’autre de l’Atlantique. Il garantissait à ces données, sur place, une protection équivalente à celle du RGPD, le célèbre Règlement général européen de protection des données.