Un groupe de onze amiraux et généraux de l'armée américaine à la retraite prévient, dans un rapport publié le lundi 16 avril, que le changement climatique pourrait renforcer le terrorisme et fragiliser les institutions politiques dans de nombreuses régions de la planète.

Le texte, publié par le Centre des analyses navales, financé par Washington, décrit le changement climatique comme «un multiplicateur de menace d'instabilité dans certaines des régions les plus instables du monde» qui va «sérieusement détériorer le niveau de vie déjà faible dans de nombreuses nations d'Asie, d'Afrique et du Moyen-Orient», ce qui pourrait déboucher sur «l'effondrement d'Etats».

«Il n'est pas dur de prévoir le danger»

Le rapport recommande que les Etats-Unis se lancent «dans une action nationale et internationale plus forte pour aider à stabiliser le climat à un niveau qui évitera une rupture importante dans la sécurité et la stabilité planétaires».

Citant les exemples du Rwanda et du Darfour, les généraux et amiraux américains à la retraite rappellent que des ressources naturelles moins abondantes peuvent être «un facteur encourageant la guerre et l'instabilité dans des zones où les gouvernements sont faibles et peu soutenus».

Si les tempêtes détériorent les forages pétroliers...

En Afrique toujours, le delta du Niger, au Nigeria, fait partie des zones à risque. «Si le delta est inondé, ou si des tempêtes détériorent les forages pétroliers, le pays perd sa principale source de revenus.» Mais le danger n'épargne pas les pays riches. En Amérique, «le rythme de migrations du Mexique aux Etats-Unis devrait s'accélérer car la situation de l'eau au Mexique est déjà difficile et pourrait s'aggraver, avec moins de pluies et plus de sécheresse».

Ce n'est pas la première fois que des sources militaires américaines soulignent les menaces du changement climatique pour la sécurité planétaire. En octobre 2003, un rapport du Pentagone révélé par la presse dressait un des scénarios les plus effrayants jamais publiés sur les implications du réchauffement.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.