Revue de presse

Eurofoot: avant Roumanie-Suisse, voici ce que disent les médias français

Les pronostics pour le groupe A sont très incertains. Mais ce qu’il y a de sûr, c’est que le match de ce mercredi à 18h va être attentivement scruté par les Français et donnera le taux de pression à subir trois heures plus tard et dimanche prochain à Lille

Osera-t-on dire que les choses vraiment sérieuses commencent ce mercredi soir pour le groupe A de l’Eurofoot? Car tous les médias le disent: dans le groupe A, c’est une finale France-Suisse qui se dessine pour dimanche, au stade Pierre-Mauroy à Lille. Cité symbolique d’une certaine victoire… en tennis, mais soirée déjà plombée par l’humiliation infligée par les Bleus lors de la phase de poules il y a deux ans au Brésil, 2 à 5. Maintenant donc, il faut passer l’obstacle de l’Albanie pour les Bleus, et de la Roumanie pour la Nati. En trouvant les ressorts pour mobiliser les troupes.

Lire aussi: Après 1994, la Suisse et la Roumanie se retrouvent

«A priori, la France n’a pas grand-chose à craindre de l’Albanie», dit l’Agence France-Presse: c’est l’équipe la «plus faible du groupe» qui plus est privée de son capitaine en défense, Lorik Cana, exclu samedi dernier face à la Suisse, en héros d’une tragédie nationale. Son coach, Didier Deschamps, «doit réussir à maintenir la dynamique des Bleus et gérer ses stars, Antoine Griezmann et Paul Pogba, très décevants lors du match d’ouverture. Pour Griezmann, fatigué par sa longue saison avec l’Atletico, le sélectionneur devra décider s’il le préserve avant le match décisif face à la Suisse dimanche.»

Quant à la Suisse, elle «ne s’est pas vraiment rassurée avec une victoire étriquée 1-0 face à une Albanie réduite à dix en ouverture. Certes, les Helvètes ont fait le premier pas vers la qualification mais la Roumanie, qui a mené la vie dure à la France, est un adversaire d’un autre calibre. Avec en chef de troupe l’emblématique Anghel Iordanescu, la Tricolorii s’est donné comme objectif de sortir de sa poule, après huit ans d’absence dans les grands tournois internationaux.» Mais «on doit être réaliste, dit-il au Dauphiné libéré, la Suisse est aussi une équipe de valeur. Sur ses 23 joueurs, 18 évoluent dans des championnats importants, la Bundesliga, en France, en Italie. C’est une équipe très expérimentée. Depuis 2004, la Suisse a disputé toutes les compétitions majeures.»

«Un beau football»

Voilà. Autant dire que la soirée sera passionnante. Mardi en conférence de presse, les Roumains se sont dits «optimistes», relate L’Equipe. Même si «ce sera un match aussi dur que celui contre la France». Les Suisses «jouent un beau football», se méfient-ils. Iordanescu a aussi «été interrogé sur d’éventuelles dissensions entre le staff et les joueurs, mais aussi sur l’affaire Alibec. Selon la Gazeta sporturilor, le quotidien sportif de référence en Roumanie, le joueur aurait fumé dans les couloirs du Stade de France pendant le match d’ouverture. «Vous êtes un menteur, a-t-il répondu froidement. Aucun de mes adjoints ne l’a vu fumer, a-t-il poursuivi. Personnellement, je pense que vous êtes un journaliste qui aurait dû rester chez lui, en Roumanie.» Ambiance.

Aux yeux du Figaro, «le sort de la rencontre» Roumanie-Suisse est «totalement flou». Alignant des statistiques sur lesquelles on ne peut guère s’appuyer, le quotidien français est cependant certain que le résultat sera «activement scruté par les Français. […] En s’imposant face à la Roumanie, la Suisse assurerait au moins la deuxième place à la France (si celle-ci s’impose également), mais accroîtrait par la même occasion la pression autour du dernier match du groupe A.» A contrario, la Roumanie «peut rêver de s’offrir le scalp d’une sélection suisse peu souveraine». Des questions, au fond?

Faux pas interdits pour tous

RTL Belgique en pose une, toujours la même, à propos de cette Nati qui «n’a pas franchement impressionné» face à l’Albanie: «Les Roumains parviendront-ils à empêcher la Suisse de marquer d’autres points? Les hommes de Iordanescu ont en tout cas bien besoin d’ouvrir leur compteur car une deuxième défaite compromettrait sérieusement leurs chances de qualification.» En face, l’objectif «est simple», selon TF1, «se qualifier en engrangeant un deuxième succès consécutif». «Mais attention, car même si elle était loin d’avoir les pronostics pour elle, la Roumanie a failli réaliser un coup énorme lors du match d’ouverture contre la France.» Une défaite de justesse, un coup dur dont il faut «se remettre […] pour repartir de l’avant et prendre trois points précieux dans l’optique de la qualification. Au regard de ce que les Roumains ont montré contre les Bleus, c’est un scénario parfaitement envisageable.» De quoi amuser Julien Courbet:

Conclusion: le faux pas «est déjà interdit» pour les deux équipes. Les Roumains «vont devoir tromper la vigilance de l’intraitable Yann Sommer pour espérer empocher les trois points», indique Goal.com. «En revanche, si la Suisse l’emporte, elle validera automatiquement sa qualification avec 6 points pris sur 6 possibles et mettra la pression sur l’équipe de France, qui affronte l’Albanie à 21h. Pour ce site spécialisé, «le joueur à suivre» c’est Breel Embolo: «L’attaquant de 19 ans, ovationné au moment de son entrée samedi dernier, s’est déjà affirmé comme la belle promesse de la Nati. Capable d’évoluer sur l’aile, en soutien de l’attaquant ainsi qu’en pointe, le jeune espoir du FC Bâle, impliqué sur 17 buts cette saison, entend aller le plus loin possible avec sa sélection.»

«Ne pas se louper»

Et puis, et puis, il y a toujours cette «grande incertitude» du sport, que La Provence exprime on ne peut plus clairement, mais dans un grand éclat de rire: «Il y a la hiérarchie, les pots du tirage au sort et ensuite, il y a la réalité de la compétition, avec cette obligation de ne pas se louper, car un championnat de trois matches, c’est vite plié. D’où l’importance d’une victoire initiale, des trois points qu’ont pris les Bleus et la Suisse. Mais l’impression laissée par les deux premiers matches et le calendrier à venir modulent ce classement. La Roumanie, en dépit de sa défaite, nous a paru meilleure que la Suisse. Même si, avec un peu plus d’adresse ou de réussite, la défaite roumaine aurait pu être plus large et le succès des Suisses plus net. A l’inverse, le groupe A aurait pu commencer par deux matches nuls…» En attendant, Présence Suisse se dit prête au combat:

Bon. On résume? Faisons-le avec le site Rue du football. Les Roumains, défaits vendredi dernier «en toute fin de match par le bijou de Dimitri Payet, voudront se venger et essaieront de fournir une nouvelle prestation de haut rang pour embêter les Suisses. La Nati, elle, victorieuse aisément mais sur un score serré (1-0) de l’Albanie samedi dernier, voudra se qualifier directement en gagnant ce match. Ainsi, elle aborderait le choc face aux Français sans pression.» Trois heures plus tard, les Bleus affrontent les Albanais. «Les premiers, vainqueurs de justesse de la Roumanie, voudront se rassurer à domicile avant d’affronter la Suisse. Avec une victoire, la France s’assurerait la qualification pour les huitièmes de finale. En revanche, l’Albanie n’a plus le droit à l’erreur. Après sa courte défaite face à la Suisse dans un match où elle est loin d’avoir démérité, […] la nation aux Aigles devra gagner ou faire un nul (selon le résultat du match de 18h) pour espérer continuer la compétition.»

Bonne soirée, et du calme, donc!


Pour rappel:

Classement actuel du groupe A

1. France 1 1 0 0 2-1 / 3 points
2. Suisse 1 1 0 0 1-0 / 3 points
3. Roumanie 1 0 0 1 1-2 / 0 point
4. Albanie 1 0 0 1 0-1 / 0 point


Les statistiques à connaître

La Roumanie n’a remporté qu’un seul de ses 14 matches à l’Euro, en 2000 contre l’Angleterre (3-2).

En 10 confrontations en matches officiels, la Suisse et la Roumanie ont remporté 4 victoires chacune et fait deux matches nuls.

La Suisse marque plus (17 buts contre 11), comme lors de la Coupe du monde 1994, où elle avait battu la Roumanie 4-1, lors du deuxième match des phases de poules.

En 1991, les Tricolorii ont enterré les espoirs d’une qualification suisse pour l’Euro 92, tandis que lors de leur dernier déplacement en Suisse, en 2012, ils l’ont emporté 1-0.


Les compositions probables

Roumanie: Tatarusanu – Sapuranu, Grigore, Chiriches, Filip – Hoban, Pintilii, Stanciu – Popa, Stancu – Andone.

Suisse: Sommer – Lichtsteiner, Schär, Djourou, Rodriguez – Xhaka, Behrami, Dzemaili – Shaqiri, Mehmedi, Seferovic.

Publicité