Digitale attitude

Les exigences intrusives des Etats-Unis pour les visiteurs étrangers

Les contrôles aux douanes et aux frontières états-uniennes sont toujours plus sévères pour les ressortissants étrangers. De quoi se demander ce qu’il reste de protection de la vie privée

L’ESTA, ou Autorisation de voyage aux Etats-Unis par système électronique, est le formulaire obligatoire à remplir sur Internet avant d’embarquer outre-Atlantique et concerne les ressortissants des 38 pays – dont la Suisse – qui participent au programme d’exemption de visa. Dernièrement, une ligne demandant aux visiteurs étrangers d’indiquer volontairement leurs comptes sur les réseaux sociaux a été ajoutée au formulaire.

Débusquer les terroristes potentiels

La semaine passée, le Département d’Etat a proposé une nouvelle série de mesures destinées cette fois-ci aux ressortissants des pays qui ne sont pas dispensés de visas, afin de débusquer les terroristes potentiels. Les citoyens de ces pays devront fournir des informations personnelles et détaillées, comme l’historique de leurs voyages depuis quinze ans et la source de leur financement, ainsi que les noms et dates de naissance de leurs frères et sœurs, ainsi que ceux de leurs conjoints ou partenaires depuis quinze ans, de même que leurs numéros de téléphone, adresses e-mail et la liste de tous les réseaux sociaux auxquels ils sont abonnés depuis cinq ans.

Lire aussi: Pour entrer aux Etats-Unis, il faudra indiquer ses comptes sur les réseaux sociaux

A l’arrivée, les douaniers ont le droit de demander l’accès aux téléphones, ordinateurs ou tablettes des passagers. Tout refus pouvant entraîner leur saisie (pour les Américains) ou l’interdiction d’entrer dans le pays (pour les étrangers).

La tendance s'accélère...

En 2016, le service de Protection des douanes et des frontières a traité 390 millions d’arrivées et enregistré 23 877 perquisitions d’appareils électroniques, soit 0,0061% de l’ensemble. Mais depuis le début de l’année, cette tendance s’est accélérée: 15 000 appareils confisqués, dont 5000 pour le seul mois de février. Il est donc à craindre que les interrogations deviennent plus nombreuses et intrusives. Selon le Wall Street Journal, le gouvernement états-unien envisage de demander à tous les visiteurs l’accès à leurs contacts téléphoniques, leurs mots de passe, leurs ressources financières et de répondre à des questions sur leur idéologie (!).

Lire aussi: L’interdiction des ordinateurs à bord pourrait s’étendre aux vols européens

Et, dernière nouvelle alarmante: invoquant le risque d’attentats, les Etats-Unis pourraient étendre l’interdiction des ordinateurs et tablettes en cabine à tous les vols en provenance des aéroports européens. Une mesure déjà appliquée pour ceux du Moyen-Orient.

Publicité