PIC ÉNERGIE

Extinction du pétrole: rébellion des majors

OPINION. Les grandes entreprises pétrolières ne peuvent ignorer les mobilisations pour le climat. Elles doivent opérer une transition, estime notre chroniqueur Laurent Horvath

Les grandes entreprises pétrolières et gazières (majors) font face à un dilemme: continuer à livrer leurs stations ou se muer en fournisseurs d’électricité et d’hydrogène. Les principaux acteurs mondiaux se sont réunis à la 40e conférence Oil and Money à Londres. Ecrite d’ordinaire sur du papier à musique, cette édition a été marquée par le sceau d’une remise en question murmurée par les investisseurs et hurlée par la centaine de membres d’Extinction Rebellion devant les portes de la conférence.

Faire de l’argent

Paradoxalement, le rôle principal d’un pétrolier n’est pas d’extraire des hydrocarbures. Son objectif repose sur la création de bénéfices afin de générer des dividendes assez généreux pour attirer des investisseurs qui financeront l’exploration et l’exploitation de nouveaux gisements.