AVS 21, c’est 10 milliards d’économie entre 2022 et 2031 grâce à l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes. Ainsi, bien que celles-ci soient désavantagées tout au long de leur carrière tout en assumant une part de travail, salarié et non salarié, égale ou même plus grande que celle des hommes, la majorité du parlement estime que c’est la seule solution pour combler le trou de l’AVS.

C’est l’un des trois mythes sur lesquels se base cette réforme. Or, cette augmentation, qui devra être fortement compensée, ne contribue que très marginalement au financement de l’AVS. En revanche, pour chaque femme touchée, c’est une année de retraite en bonne santé en moins. Et il est piquant de relever que si les différences salariales liées à la discrimination entre les femmes et les hommes de 7,7% étaient comblées, 825 millions de cotisations en plus par an parviendraient à l’AVS, ce qui correspond aux économies prévues avec le projet AVS 21.