Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L’entourage-commando d’Emmanuel Macron se retrouve en pleine lumière avec la polémique autour de son garde du corps et ex-homme de confiance Alexandre Benalla (au premier plan à droite).
© LIONEL BONAVENTURE / AFP PHOTO

Éditorial

La face cachée de la génération Macron

ÉDITORIAL. Le président s’est imposé à la tête de l’Etat français entouré d’une brigade de conseillers dévoués, corvéables à merci et tous en rupture avec les partis politiques traditionnels. Problème: cette logique «commando» est aussi propice aux abus de pouvoir

On connaît l’aversion revendiquée d’Emmanuel Macron pour le «vieux monde» politique et pour les partis traditionnels. Trop de strates inutiles et d’élus usés jusqu’à la corde qui, selon le président élu en mai 2017, empêchent d’installer des ponts entre la droite et la gauche et surtout d’agir vite.

On se souvient aussi de la campagne présidentielle victorieuse qui a porté à l’Elysée l’ancien conseiller puis ministre de François Hollande. Une campagne menée par un clan obsédé par le secret, composé de très jeunes gens résolus à «disrupter» la République pour transformer la France. Côté pile, une poignée d’énarques, de technocrates et de jeunes pousses politiques – souvent rodés aux côtés de Dominique Strauss-Kahn – dévoués à la personne du candidat. Côté face, un commando d’hommes de main résolus à propulser l’homme Macron, et son épouse, Brigitte, sur le devant de la scène tout en le protégeant de tout dérapage possible, notamment médiatique. La «disruption macronienne», on l’a souvent écrit, fut un coup de force, un putsch politique mené à la hussarde.

Lire aussi: Alexandre Benalla, la face sombre de la Macronie

C’est cette face cachée de l’ascension éclair vers le pouvoir du président français qui, soudain, se retrouve en pleine lumière avec la polémique autour de son garde du corps et ex-homme de confiance Alexandre Benalla. Parce qu’il doit beaucoup à cet entourage-commando qui lui ouvrit les portes de l’Elysée, parce qu’il n’a aucune confiance dans les journalistes et parce qu’il veut pousser au plus vite les réformes sur tous les fronts, Emmanuel Macron a laissé une partie de ses proches s’arroger trop de puissance trop vite. Quitte à fermer les yeux sur certains de leurs comportements ou sur de possibles conflits d’intérêts financiers pourtant évoqués dans la presse…

Cette fidélité-là est celle du combattant. Mais elle fait courir deux grands risques dans un pays toujours en effervescence politique comme la France, où l’opposition de droite et de gauche reste en embuscade. Le premier risque est de donner l’impression d’un pouvoir confisqué, autiste, au-dessus des lois et tenté de faire rimer casseurs avec contestation sociale. Un refrain entonné notamment par La France insoumise et son leader de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon.

Lire aussi: Licencié, Alexandre Benalla a été placé en garde à vue

Le second risque est d’accréditer la thèse d’un président quadragénaire amoureux de sa propre puissance, incapable de donner sa confiance et de rassembler en dehors d’un premier cercle d’affidés.

Dans les deux cas, la face cachée de cette disruption française interroge. Le mot «barbouze», qui fit florès sous le général de Gaulle, synonyme de coups bas et de manipulations en tout genre dictés par l’Elysée, est même réapparu. Un an après le début du quinquennat, la «génération Macron» se retrouve soudain happée par une réalité éternelle de la vie politique: la tentation de l’abus de pouvoir.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)