Interrogée récemment lors de l’émission Internationales de TV5Monde sur le résultat à attendre de l’élection présidentielle française, la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter s’est livrée à un pronostic rassurant. Tout en se gardant de vouloir se mêler d’une élection à l’étranger, elle dit que le classement des candidats à l’issue du premier tour de scrutin ne l’a pas surprise: son collègue français, Gérard Darmanin, ministre de l’Intérieur, lui a fait part de prévisions qui se sont avérées correctes sur l’état des forces en présence. Pour le second tour, elle ne manifeste aucune inquiétude, elle «fait confiance au peuple français qui saura faire le bon choix». De toute façon, ajoute-t-elle, la France est un pays qui a une longue tradition démocratique et où les institutions sont très fortes: même en Amérique, un Donald Trump n’est pas parvenu à démolir les institutions de son pays. Le pire n’est donc pas toujours sûr. Elle constate l’érosion des forces des partis traditionnels, plus marquée en France qu’en Suisse.