Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Donald Trump présente le document réintroduisant les sanctions contre l'Iran et rendant caduque l'engagement des Etats-Unis pour un accord nucléaire avec l'Iran. Washington, 6 mai 2018.
© Chip Somodevilla / Getty Images

Nouvelles frontières

Face à l’indécence de Donald Trump

OPINION. En quittant l'accord sur le nucléaire iranien, le président américain choisit la confrontation avec les Européens. Et il humilie les Etats-Unis. Voici pourquoi

Certains commentateurs américains ont voulu voir dans la dénonciation de l’accord nucléaire iranien par Donald Trump une humiliation infligée aux Européens. Non seulement le président américain n’a pas écouté les alliés traditionnels des Etats-Unis, mais il les menace de sanctions s’ils ne devaient pas le suivre dans sa politique de confrontation avec Téhéran. C’est un défi pour les Européens: Donald  Trump teste leur union, leur volonté d’affirmation de souveraineté, leur capacité de résister à la force brute. Ce geste pourrait tout aussi bien aggraver la zizanie au cœur du «vieux» continent que galvaniser une prise de conscience européenne pour inscrire son destin hors de l’orbite américaine. L’avenir le dira.

L’art et la méthode d’un voyou

Les Européens, et la communauté internationale, ont tenté jusqu’au dernier jour de raisonner le locataire de la Maison-Blanche. C’était justifié au nom d’un accord négocié par l’ensemble des grandes puissances, validé par une résolution de l’ONU, et respecté jusqu’ici par l’Iran. Emmanuel Macron pensait pouvoir infléchir un homme resté ancré dans une lecture du monde datant des années 1950. Il s’est trompé. Il n’est pas le seul.

Cette présidence, au fil des mois, devient ainsi de plus en plus embarrassante, un scandale en chassant un autre

Aujourd’hui, ce ne sont pourtant ni les Européens ni Macron qui sont humiliés, mais bien les Etats-Unis dont les engagements n’ont désormais plus guère de valeur. Les retraits unilatéraux de l’Accord sur le climat ou du Traité de libre-échange transpacifique, dès l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, pouvaient être perçus comme un frein fâcheux à la lutte contre le réchauffement climatique ou à un commerce plus ouvert. Ce n’était en définitive qu’un mauvais coup que se portaient les Etats-Unis à eux-mêmes. Il en va différemment de l’accord sur le nucléaire. Non seulement Donald Trump se met hors-jeu, mais il détruit un compromis qui réduisait les risques de prolifération nucléaire. C’est un acte illégal et guerrier.

L’art de la négociation («the art of the deal») dont se vante Donald Trump ressemble en réalité à une méthode de voyou, celle qui était déjà la sienne quand il était un tycoon immobilier. Cette présidence, au fil des mois, devient ainsi de plus en plus embarrassante pour la première puissance mondiale, un scandale en chassant un autre.

Avec les Chinois et les Russes

Des exemples? En voici quelques-uns, piqués ces derniers jours: que dire des aveux du propre avocat de Donald Trump – Rudy Giuliani – reconnaissant que le président a payé 130 000 dollars pour acheter le silence d’une star du porno affirmant avoir eu une relation avec lui en 2006? Que retenir de la nomination – qui devrait être confirmée par le Congrès – à la tête de la CIA d’une ancienne promotrice de la torture, Gina Haspel, qui avait eu un sursaut de lucidité en proposant de renoncer à ce poste avant que Donald Trump n’insiste pour qu’elle reste? Que penser de la présence du président à la convention de la NRA, grand lobby des armes et l’un de ses principaux soutiens, au moment où celui-ci élit à sa tête un trafiquant d’armes notoire (cf. l’Irangate), Oliver North? Que dire encore de la décision de déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem ce lundi, autre acte illégal en regard du droit international qui promet d’embraser un peu plus la région?

Ces prochains jours, Européens, Russes et Chinois vont lutter de concert avec les diplomates iraniens pour préserver un accord nucléaire durement négocié. Son coût sera celui d’un bras de fer avec Washington, Israël et l’Arabie saoudite. Qui aurait pensé qu’un jour l’Europe se retrouverait dans un tel camp, face à un tel choix? L’indécence de Donald Trump l’y oblige.

Lire également: Le nouvel Etat voyou nucléaire: les Etats-Unis

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)