Le procès des attentats du 13 novembre 2015 qui s’ouvrira ce mercredi au Palais de justice de Paris sera bien plus qu’une comparution de 20 accusés devant les juges. Il sera aussi bien plus que l’épilogue judiciaire d’une tragédie française, entamée quelques mois plus tôt avec les attentats de janvier 2015 contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher, dont les complices des tueurs ont été condamnés en décembre 2020. Ce procès, dont les audiences dureront neuf mois, sera le nôtre: il sera la réponse de nos démocraties et de nos Etats de droit à la menace terroriste islamique qui demeure. Les magistrats français, et le parquet national antiterroriste chargé de l’accusation, apporteront des réponses judiciaires qui résonneront bien au-delà des frontières. Et serviront sans doute de référence pour les générations de juristes à venir.

Lire aussi l'article lié: Cette France qui n’oubliera jamais le 13 novembre 2015

Ce procès du 13 novembre réveillera aussi notre mémoire. Où étions-nous ce soir de l’automne 2015 lorsque, vers 21h20, la première bombe a explosé au Stade de France, à Saint-Denis, où les Bleus affrontaient l’Allemagne en match amical de football, avant que les tueurs ne massacrent 130 personnes au Bataclan et sur les terrasses de cafés-restaurants voisins? Chacun d’entre nous s’en souvient, comme pour l’attaque contre les tours de New York du 11 septembre 2001, dont le 20e anniversaire approche. «Terreur sur Paris» titrait deux jours plus tard Le Temps, dans une édition spéciale et inédite publiée le dimanche 15 novembre. Une même interrogation nous a alors submergés, dans les rues de la capitale française assommée comme en Suisse et ailleurs. Comment ces commandos, composés pour l’essentiel de jeunes Français et Belges fanatisés, ont pu, au nom d’une vision dévoyée et meurtrière de l’islam, entrer en guerre contre la France et l’Europe? Le parallèle avec le 11 septembre 2001 et la «guerre à l’Amérique» déclarée par Oussama ben Laden et Al-Qaida, soutenus par les talibans afghans – de nouveau au pouvoir à Kaboul – ne pouvait pas être plus douloureux.

Lire également: Le silence, l'insoutenable défi de Salah Abdeslam

Devoir de résistance

Parce qu’il incarne notre réponse judiciaire et basée sur les faits au fléau aveugle de la terreur, ce procès des attentats du 13 novembre sera intégralement filmé, et c'est essentiel. Il permettra de conserver les paroles, les visages, les gestes, les larmes et la trace qu’aucune archive écrite ne pourrait reproduire. Ces images, dont celle de l’unique survivant des commandos, Salah Abdeslam, formeront pour l’histoire un récit unique.

Retrouvez ici notre numéro spécial du 15 novembre 2015: «Terreur sur Paris»

La France attaquée, blessée, défigurée par les terroristes s’apprête à revivre, à travers ces audiences, une tragédie que beaucoup ne comprennent toujours pas. Sa justice et sa capacité collective à répondre à l’insoutenable par le droit incarneront, durant ces longs mois de débat, notre devoir commun de résistance.