Genève

Sur Facebook, l’affaire Maudet vire à la polémique familiale

L’épouse du magistrat a accusé publiquement un journaliste de poser des questions sur ses enfants. Fact-checking ou acharnement? Les internautes sont divisés sur l’attitude de la presse

«Que mon mari reçoive des attaques depuis vingt ans qu’il fait de la politique, cela fait partie du jeu. Mais essayer de le faire trébucher en utilisant nos enfants, c’est ignoble.» Dans l’épineuse affaire du voyage à Abu Dhabi, qui agite la République genevoise depuis plusieurs mois, ce post Facebook de Catherine Maudet a fait grand bruit.

Restée jusqu’ici en retrait, l’épouse du conseiller d’Etat a publié vendredi dernier une conversation entre un journaliste de la Tribune de Genève et un représentant du Département de l’instruction publique (DIP) dont le nom est masqué. Le premier cherchait à savoir si Pierre Maudet avait sollicité et obtenu, ou non, un congé pour ses enfants, l’escapade émiratie s’étant déroulée hors des vacances scolaires. Réaction quasi épidermique du web: en moins d’une semaine, des centaines de commentaires, pour la plupart outrés, dénoncent un «journalisme de bas étage», «voyeur, marchand et nauséabond».

Enfants «instrumentalisés»

Le journaliste a-t-il simplement fait son travail de vérification ou s’agit-il d’une atteinte à la vie privée? Sur Facebook, le débat fait rage. «Si l’homme politique a commis une erreur d’appréciation, cela ne concerne que lui, mêler sa famille et ses enfants est en revanche ignoble», estime un internaute. «Je ne vois pas bien ce que cette information apporterait à l’affaire si le DIP avait répondu, renchérit un autre. Par contre je vois le préjudice qu’auraient subi les enfants…»

Lire aussi: L’immunité de Pierre Maudet en six questions

Certains volent toutefois au secours de la presse. «C’est quand même incroyable que les gens se plaignent du travail d’un journaliste pour découvrir la vérité», s’exclame un usager. «Pour recentrer le débat, je rappelle juste que c’est bien Mme Maudet qui instrumentalise ses propres enfants en publiant ce mail dont elle n’est pas destinataire…» souligne une autre.

Demande inédite 

Face au tollé, le DIP rappelle les règles en vigueur. «Nous agissons au cas par cas mais ne divulguons jamais d’informations nous-mêmes», explique le porte-parole Pierre-Antoine Preti, précisant que la demande est inédite. «Dans le cas précis, le fait que le principal intéressé soit un conseiller d’Etat nous a autorisés à transférer la demande au département concerné. En revanche, le DIP n’est pas responsable de son cheminement ensuite, et particulièrement de sa divulgation sur la place publique.»

Nous avions fait connaître notre désaccord lors d’une première mise en ligne mercredi matin. Suite à nos remarques, cette première publication a été retirée. Le post Facebook est alors passé inaperçu. Mais nous ne nous attendions pas à le voir réapparaître vendredi matin

Pierre-Antoine Preti, porte-parole du DIP

A ses yeux, le fait qu’un document de travail interne soit communiqué à l’externe constitue une violation éthique très claire. «Nous avions fait connaître notre désaccord lors d’une première mise en ligne mercredi matin, précise Pierre-Antoine Preti. Suite à nos remarques, cette première publication a été retirée. Le post Facebook est alors passé inaperçu. Mais nous ne nous attendions pas à le voir réapparaître vendredi matin.»

Confiance écornée 

Alors que certains dénoncent un lynchage en bonne et due forme ou encore une atteinte à la liberté de la presse, la section genevoise d’Impressum a pris position dans un communiqué: «Cet échange de mails, préliminaire et standard, n’enfreint en rien la Déclaration des devoirs et des droits du/de la journaliste. Au contraire, les questions posées s’inscrivent pleinement dans le cahier des charges d’un-e journaliste, à savoir vérifier les informations et chercher la vérité.» Quant à la fuite du courrier électronique, elle est de «nature à gravement écorner la confiance que [la] profession porte aux services de l’Etat».

Acharnement? 

La presse est, il est vrai, régulièrement malmenée. Au début de l’affaire Maudet, des voix s’insurgeaient contre un «tribunal médiatique». Elles dénoncent aujourd’hui un «acharnement». En mars dernier, des critiques similaires avaient visé la RTS, accusée de trouver le moindre prétexte pour faire tomber la conseillère d’Etat Anne Emery-Torracinta, alors dans la tourmente. La chaîne de télévision publique s’était notamment intéressée aux subventions accordées aux Special Olympics Switzerland, vice-présidés par le mari de la magistrate.

Lire aussi: Ces lignes rouges franchies par Pierre Maudet

Fondamentale ou non, l’information recherchée par le journaliste de la Tribune de Genève n’en demeure pas moins légitime. Pierre Maudet lui-même a longtemps mis en avant le caractère privé et familial du voyage avant de nuancer. La ligne de défense à l’origine du mensonge orchestré visait précisément, disait-il, à préserver ses proches. Or, sans l’intervention de son épouse, le sujet des enfants n’aurait jamais été discuté sur la Toile. Buzz orchestré ou erreur de communication? Entre privé et public, le couple Maudet a visiblement du mal à trancher.

Publicité