Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
A Nice, on meurt en Promenade...

La vie à 30 ans

Faire la guerre

Tous les jeudis de l’été, notre chroniqueuse se fait porte-parole des trentenaires

Je me demande si l’on trouvera un jour un nom générique à notre époque. Nos parents ont connu les Trente Glorieuses. Vit-on désormais les Trente Anxieuses, les Trente Scabreuses?

L’incertitude qui entoure la génération Y la rend, paraît-il, individualiste et autocentrée. Notre but ultime serait de nous réaliser. On dit de nous que l’on recherche avant tout le plaisir au travail, que l’on multiplie les activités, que l’on ne veut plus de chef, mais un mentor. Ce désir infantile que ça bouge sans cesse serait un mélange d’impatience et d’égoïsme. Mmmh…

Je ne m’y reconnais plus. Des gens sortis regarder un feu d’artifice se sont fait tuer. Certains ont voulu monter dans un avion, trinquer sur une terrasse et ont reçu une balle. Les autres ont pleuré, changé leur photo de profil, mis des fleurs et, pourquoi pas, prié.

«Contre la peur, il faut lutter»

Ils ont lu des articles qui tentaient d’expliquer l’inexplicable. Ils sont retournés travailler. Que voulez-vous? L’injonction générale, c’est que contre la peur, il faut lutter.

Je vais vous dire. Notre état intérieur ressemble furieusement à l’Europe face à la menace terroriste. Un fatalisme, la conscience que tout peut arriver. A quoi ça rime, de s’en sortir par chance, d’essayer d’éviter les camions, les haches ou la faillite, le chômage, les largages? Comment voulez-vous que l’on fasse des promesses? Alors que dans cette Europe qui s’est construite sur le serment de la paix et le culte de la jeunesse, on meurt en Promenade.

Je ne vais pas y échapper, à leur sale guerre. Mais voilà, chaque fois que je commanderai un déci de trop, que je me pointerai en entretien, que je me laisserai gagner par la confiance, que je chanterai une chanson à un enfant, je serai en train de résister.


Chroniques précédentes

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)