Des faits et des chiffres à propos du Gothard

Au Conseil national, la conseillère fédérale Doris Leuthard a émis trois critiques sur la variante que je propose, que les lecteurs du Temps connaissent (LT du 06.09.2013): transformer le tunnel ferroviaire historique entre Göschenen et Airolo, dont les portails sont très proches de ceux du tunnel routier, en second tunnel routier, pour assurer sans aucune interruption le trafic pendant l’assainissement du tunnel routier actuel. Après quoi deux possibilités sont offertes: laisser le tunnel transformé à la route (cela coûte 1,4 milliard), ou le restituer au chemin de fer, rendu conforme aux normes de sécurité actuelles (cela coûterait 100 millions de plus, au total 1,5 milliard). Le projet du Conseil fédéral coûte 2,8 milliards, et laisse le tunnel ferroviaire dans son état actuel, qui n’a guère changé depuis sa construction, en 1880, sans galerie de sécurité ni même de trottoir. Pour poursuivre son exploitation, il faudrait dépenser 600 millions de plus, ce qui amènerait le coût total du projet du Conseil fédéral à 3,4 milliards.

Au cours du débat du Conseil national, Mme Leuthard a balayé mon projet en avançant les trois arguments suivants: le tunnel historique est limité en hauteur. Il présente une montée trop raide pour les poids lourds, et il faudrait en sortir tout le matériel ferroviaire.

Ces arguments sont en partie faux, en partie dénués de pertinence: mon projet prévoit bien sûr d’agrandir la section du tunnel, ce qui nécessite une excavation de 660 000 m3. Ce n’est pas rien, mais tout de même beaucoup moins que l’excavation nécessaire au second tube, qui serait de 1,6 million de m3. La rampe d’accès qui, à Göschenen, permet de raccorder le portail de l’autoroute au tunnel ferroviaire a une pente de 2,5%. Une telle pente n’est certainement pas critique pour les poids lourds qui franchissent la longue rampe de plus de 4% entre Erstfeld et Göschenen. Enfin, mon projet prévoit une dépense de 800 millions pour cette transformation. L’enlèvement de l’équipement ferroviaire ne représente qu’une toute petite fraction de ce montant, à l’évidence.

En émettant ces critiques, Mme Leuthard témoigne de ce que mon projet n’a pas été sérieusement examiné par son administration. Dommage: il permettrait une économie de l’ordre de 1,4 à 2 milliards.

Ingénieur EPFL https://sites.google.com/site/gothardscheiteltunnel/memoire

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.